Individu menaçant au CHU de Caen : le point sur l'enquête

Suite aux menaces proférées par un individu qui se prétendait armé aux CHU de Caen (Calvados), vendredi 9 mars 2018, et à un important dispositif de sécurité déployé autour de l'hôpital, les premières réponses tombent au lendemain de cet incident. Le point sur la situation près de 24 heures après les faits.

Individu menaçant au CHU de Caen : le point sur l'enquête

Le calme est revenu autour du CHU de Caen, samedi 10 mars 2018, au lendemain de l'intrusion d'un "individu menaçant".

Par Maxence Gorréguès

Près de 24 heures après l'intrusion d'un individu jugé menaçant par plusieurs personnes et ayant entraîné le déploiement d'un important dispositif de sécurité, vendredi 9 mars 2018, de nombreuses questions restent en suspens. Le point sur la situation :

Un suspect armé ?
Personne n'a vu d'arme. C'est ce qui ressort des témoignages recueillis depuis cette soirée confuse du vendredi 9 mars 2018 par les enquêteurs en charge d'en savoir plus sur cette intrusion. Il aurait prétendu avoir une arme dans un sac, avant de disparaître. Une hypothèse qui n'est pas confirmée 24 heures après les faits.

    • Lire aussi. Homme armé à Caen ? Le périmètre du CHU bouclé

Pas d'interpellation
Les accès au CHU ont été bloqués toute la soirée et une bonne partie de la nuit. L'important dispositif déployé n'a pas permis de le retrouver. C'est l'antenne caennaise du service régional de police judiciaire qui est chargée de l'enquête. "Les menaces restent répréhensibles et il faut qu'on en retrouve l'auteur, confie le procureur de la République, Carole Etienne. Je n'ai pas d'identité à vous donner pour l'instant."

    • Lire aussi. CHU de Caen bouclé : l'individu toujours recherché

Pas de blessés
Les faits se sont déroulés au service des urgences du CHU de Caen. Il n'y a pas eu de blessés.

    • Lire aussi. Le CHU de Caen bouclé : le dispositif de sécurité levé

De nombreuses chambres fouillées
Alors que le dispositif sécuritaire coordonné par la préfecture du Calvados était en place, les couloirs du CHU et de nombreuses chambres ont été contrôlés par les forces de l'ordre, comme en témoigne Kevin Rahmani qui s'est confié à Tendance Ouest : "Je suis hospitalisé au CHU, au 8e, et à 2h35 du matin, trois gendarmes en colonne armés d'arme de poing, casque et bouclier sont rentrés et ont fouillé ma chambre. Ça a pris 30 secondes et ils sont repartis. Je n'ai entendu ni cris, ni bruits quelconques. Il est 4h22, et je n'ai pas du tout le sentiment d'être en insécurité pour ma part car le personnel soignant reste très souriant et vit sans montrer de stress particulier."

Une journée dans le calme
La journée qui a suivi s'est déroulée dans le calme d'après de nombreux témoignages. "Au regard du dispositif déployé, on n'a pas l'impression qu'il y a eu quelque chose dans les couloirs", commente un témoin, jeune papa qui a préféré garder l'anonymat :

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES