Le plaidoyer des avocats de Normandie contre la réforme de la Justice

Le plaidoyer des avocats de Normandie contre la réforme de la Justice

Les personnels des cabinets, les avocats, des juges, des membres du tribunal de commerce, des greffiers étaient présents à Cherbourg.

Le
Par : Célia Caradec

Les professionnels de la justice, avocats en tête, sont mobilisés jeudi 15 février 2018, contre le projet de réforme de la justice. Des manifestations ont eu lieu devant les tribunaux de Rouen (Seine-Maritime), Caen (Calvados), Coutances, Cherbourg (Manche), Alençon et Argentan (Orne).

Les robes noires sont en colère et veulent le faire savoir. Avocats, mais aussi greffiers, magistrats, personnels des cabinets, de la cour d'appel et des tribunaux de grande instance sont mobilisés jeudi 15 février 2018 pour dire leur inquiétude face au projet de réforme de la justice.

Mobilisation régionale

En Normandie, des manifestations ont eu lieu devant les palais de justice de Rouen en Seine-Maritime et de Caen dans le Calvados, mais aussi devant les tribunaux de grande instance de Coutances et Cherbourg dans la Manche et Alençon et Argentan dans l'Orne.

    • Lire aussi. Orne : les avocats plaident contre le démantèlement des juridictions

Les professionnels de la justice redoutent la création d'une cour d'appel régionale, alors qu'il en existe deux aujourd'hui. Ils voient également d'un mauvais œil la transformation de certains TGI en tribunaux départementaux, et d'autres en tribunaux de proximité.

"Un sous tribunal !"

"Nous ne voulons pas d'un "sous tribunal" ou d'une "sous cour d'appel", et voir certains compétences disparaître dans certains tribunaux, dans logique de fausse économie", explique Caroline Bot, à la tête du barreau de Cherbourg qui regroupe 53 avocats. Les avocats soulignent la particularité géographique de la Manche : "ce n'est pas cohérent de demander à un justiciable de faire 1h20 de voiture pour se rendre au tribunal de Coutances, par exemple. Il faut conserver les deux juridictions, et tous leurs services".

Des pertes d'emploi

Pour les manifestants, c'est aussi l'économie des territoires qui est en jeu. "Nous employons des juristes, des secrétaires, des femmes de ménages, dont l'emploi est directement menacé si le pôle judiciaire se déplace", souligne Delphine Quilbé, avocate à Cherbourg.

0:00
0:00

Le pré-projet de loi devait être diffusé jeudi 15 février 2018. La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, doit saisir le conseil d'Etat début mars.

Galerie photos


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques