Calvados : prison ferme pour violences conjugales

À Caen (Calvados) le vendredi 10 novembre 2017, la police municipale intervient pour un différent familial. Une femme effrayée tient un bébé dans ses bras, l'homme est énervé et alcoolisé. Il a été jugé mercredi 10 janvier 2018 par le tribunal de grande instance de Caen.

Calvados : prison ferme pour violences conjugales

L'une des salles d'audience du tribunal de grande instance de Caen (Calvados).

Par Joëlle Briant

Mercredi 10 janvier 2018, Ismail Namane, algérien âgé de 30 ans a été jugé pour violences conjugales par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour des faits survenus dans l'agglomération, le vendredi 10 novembre 2017. L'homme était absent à l'audience à l'issue de laquelle une peine ferme a été prononcée.

Traces de coups au visage

À l'arrivée des policiers la jeune femme, qui serre dans ses bras un bébé de sept mois, porte des traces de coups sur le visage. "Il a voulu m'arracher mon enfant des bras !", affirme immédiatement la mère. Au moment des faits, l'homme accuse 1,40g d'alcool par litre de sang. Elle explique qu'ils se sont connus en discothèque il y a moins de deux ans, qu'ils ont entamé une liaison et qu'elle est rapidement tombée enceinte : "Il se prétendait peintre mais n'avait pas d'emploi".

"J'ai peur qu'il emmène ma fille en Algérie"

"On n'a jamais vécu ensemble, poursuit-elle, j'ai parfois des relations sexuelles avec lui mais pas de sentiments. Aujourd'hui, j'ai peur qu'il emmène ma fille en Algérie"

En France depuis deux ans, le prévenu était sensé quitter le territoire mais comme il le dit aux policiers : "Je ne pouvais pas partir alors qu'elle allait accoucher". Il attend pourtant trois mois avant de venir voir sa fille pour la première fois. En ce qui concerne les coups : "Jamais je ne toucherais à la mère de mon enfant ! Elle a dû se cogner", affirme-t-il.

"Il désire juste un titre de séjour"

Le procureur souligne le peu d'intérêt que l'homme porte à l'enfant : "Il s'embrouille dans ses explications, disant vivre avec la jeune femme alors qu'elle affirme le contraire. Ce qu'il désire c'est un titre de séjour."

Au vu de cette situation et de son casier judiciaire (vols, violences, outrages) une peine de prison ferme est requise.

Ismail Namane écope de 2 mois de prison ferme.

TOP FAITS DIVERS

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES