Calvados : il casse les deux portes d'un immeuble avec un manche à balai

Calvados : il casse les deux portes d'un immeuble avec un manche à balai

le tribunal de grande instance de Caen (Calvados)

Le
Par : Joëlle Briant

À Vire au sud-ouest de Caen (Calvados) le vendredi 16 décembre 2016 à 1h30 du matin un homme en état d'ébriété et armé d'un manche à balai casse les deux portes de l'immeuble où il réside. Il a comparu le mercredi 12 juillet 2017 devant le tribunal de grande instance de Caen pour répondre de ces faits.

Mercredi 12 juillet 2017, un homme âgé de 25 ans a été jugé par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour dégradation d'un bien appartenant à autrui, ceci à Vire au sud-ouest de l'agglomération le vendredi 16 décembre 2016 à 1h30 du matin.

Il accuse les gens du voyage

Alerté par le bruit le propriétaire de l'immeuble appelle la police. Celle-ci trouve dans la rue un individu blessé disant avoir eu une altercation avec un groupe. L'homme affirme que les portes ont été cassées par les gens du voyage. Ce que dément le voisin d'en face qui l'a vu sortir de l'immeuble armé d'un manche à balai et taper dans les portes. Il ajoute que les gens du voyage sont arrivés après seulement. Même son amie témoigne "Il avait bu une bouteille entière de whisky car il venait d'apprendre son incarcération. Il était agressif et insultait les gens par la fenêtre."

Condamné à cinq mois ferme quelques jours auparavant

Son casier judiciaire ne plaide pas en sa faveur car cinq mentions y figurent: violence, outrage, rébellion, dégradation… quelques jours auparavant le tribunal de grande instance l'avait condamné à cinq mois de prison ferme pour violences aggravées avec arme blanche. À l'audience il admet avoir cassé les portes de façon "involontaire".

Le ministère public requiert deux mois de prison avec sursis ainsi qu'une peine de travaux d'intérêt général et le règlement des 2 183,73 euros de dommages et intérêts demandés par la victime.

Libération d'un père incestueux

La défense évoque un parcours difficile. "Il a été victime d'un grave accident de la route et les séquelles l'empêchent d'effectuer certains travaux. De plus, il est fragilisé par la libération de son père incestueux. Cela le plonge dans une grande angoisse et il a recommencé à boire après un sevrage." Il ajoute que son client est prêt à rembourser les dégâts mais à hauteur de ce qui reste dû, l'assurance ayant déjà réglé 1 800 euros.

Le verdict tombera le mercredi 19 juillet 2017 après délibération.


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques