En ce moment : I AIN'T WORRIED - ONEREPUBLIC Ecouter la radio

Caen. Calvados : l'intervention de la police dans une rixe tourne mal

Vers 6 h du matin le dimanche 5 mars 2017, la police intervient sur une rixe entre deux groupes de personnes, dans les rues de Caen (Calvados). Deux jeunes gens opposent une vive résistance. Cela les a amenés devant le tribunal de grande instance de Caen, le mercredi 24 mai 2017.

Caen. Calvados : l'intervention de la police dans une rixe tourne mal
L'une des salles d'audience du tribunal de grande instance de Caen (Calvados). - Joëlle Briant

Mercredi 24 mai 2017, un couple - un homme âgé de 25 ans et une femme de 24 ans - a comparu devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados).
Il leur est reprochés des faits de rébellion et d'outrages envers des personnes dépositaires de l'autorité publique, ceci le dimanche 5 mars 2017 au petit matin.

Sortie alcoolisée de boîte de nuit

Les deux groupes d'environ six personnes au total, qui ne se connaissent pas, sortent de discothèque et sont alcoolisés. Ils échangent des coups, et les agents doivent utiliser leur bombe lacrymogène pour les séparer.
"C'est toi qui m'as gazé, fils de...", insulte l'homme, très énervé. Quant à sa compagne, voyant la femme agent s'apprêter à se servir à nouveau de la bombe, elle l'empoigne et la pousse. Sa chute lui vaudra un traumatisme de la main.
L'interpellation s'avère difficile, l'homme n'est maîtrisé que maintenu au sol et menotté. La garde à vue sera accompagnée de toutes sortes d'insultes.

"Il s'agit de résistance, pas de violence"

Le jeune couple reconnaît de la "résistance sans violence", soit essentiellement les outrages. "J'ai voulu protéger mon compagnon, explique la prévenue, j'ai bien arraché la bombe lacrymo de la main de l'agent, mais je ne suis pas responsable de sa chute. Il faut aussi dire qu'il a été frappé au sol à coups de matraque. Quant à moi, blessée à la tête par le talon aiguille d'une femme de l'autre groupe, je n'ai pas été soignée."

Pour le procureur, les faits sont reconnus à leur minima et il s'agit bien de rébellion même si les prévenus jouent sur les mots. Il requiert des peines de travaux d'intérêt général.
L'homme a écopé de 140 heures de travaux d'intérêt général, la femme de 105 heures. Ils devront effectuer leurs peines dans les 18 mois, faute de quoi ce seront... 4 mois de prison ferme.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Caen. Calvados : l'intervention de la police dans une rixe tourne mal