En ce moment : SUPERMODEL - MANESKIN Ecouter la radio

Jean-François Lange, la photo comme oxygène

D’un regard il vous perce, sans vous déshabiller. Jean-François Lange a l’œil aiguisé, bienveillant et sincère, la pupille intenable, curieuse dans le sens noble du terme. Portrait d'un photographe passionné depuis 40 ans.

Jean-François Lange, la photo comme oxygène
“J’éprouve une nécessité absolue de faire de l’image... même si ça ne sert à rien”, confie Jean-François Lange. - Jean-François Lange vu par... Jean-François Lange

Depuis quarante ans, elle passe une grande partie de chaque journée greffée au viseur d'appareils photo, cette pupille. Il regarde, il voit, il immortalise. Des dizaines, des centaines de fois par jour. Lange s'envole en photo, c'est tout. "Quand je photographie, il faut que je tombe amoureux, lâche-t-il, sans prétention. Même devant un prototype de voiture. J'en ai besoin". C'est son fuel, sa lumière.

Une saine paresse

Jeune, ses parents le voyaient architecte ; il s'inscrira aux Beaux Arts de Rouen. Le dessin lui va bien mais il finit pas lâcher le crayon, "par paresse", quand il découvre la photo. Son premier compagnon  : un Chinon. L'amour fou. Il est ensuite embauché dans une société aujourd'hui oubliée pour photographier l'industrie pétrolière de la vallée de la Seine. Dix ans plus tard, "fatigué par la pétro-chimie", il lâche l'objectif pour prendre les manettes du Théâtre Duchamp Villon. Une parenthèse agréable, créative. Six ans plus tard, le maire de Rouen de l'époque, François Gautier, le mettra dehors, excédé paraît-il par cet esprit trop libre. Une journée de chômage plus tard et l'appareil photo chauffe à nouveau.

Aujourd'hui reconnu dans toute la Normandie et le quart nord-ouest de la France, l'indépendant offre son œil aux entreprises ou institutions publiques. Et quand il ne travaille pas, il photographie quand même. Boulimique. Depuis peu, le voilà qu'il soutient aussi trois jeunes talents féminins, "pour changer les points de vue, répondre à toutes les sensibilités". Jamais blasé.

Thomas Blachère

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Jean-François Lange, la photo comme oxygène