Calvados : pour aller "discuter" avec son ex, il arrache son bracelet électronique

Calvados : pour aller "discuter" avec son ex, il arrache son bracelet électronique

L'une des salles d'audience du tribunal de grande instance de Caen (Calvados)

Le
Par : Joëlle Briant

Âgé de 23 ans, un jeune homme a été jugé en comparution immédiate lundi 7 août 2017 par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados). Quatre infractions lui sont reprochées : violences et détention de stupéfiants (ces deux faits en récidive) ainsi que conduite malgré l'annulation du permis et évasion sous surveillance électronique, ceci le jeudi 3 août 2017 à Ver sur mer, dans le Bessin.

Jeudi 3 août 2017 à Ver sur mer, près de Bayeux (Calvados) un jeune homme prend sa voiture malgré l'annulation de son permis pour aller agresser son ex-compagne, en ayant préalablement arraché son bracelet électronique. Il est également détenteur de résine de cannabis. Placé sous mandat de dépôt en date du samedi 5 août 2017, le tribunal de grande instance de Caen l'a jugé en comparution immédiate le lundi 7 août 2017.

Mesure de clémence

Avec huit mentions à son casier judiciaire pour délits routiers, violences et détention de stupéfiants, une libération conditionnelle est accordée à l'homme par le juge d'application des peines. Il a la possibilité de finir de purger sa peine sous surveillance d'un bracelet électronique. Il bénéficie donc d'une mesure de clémence mais c'est sans compter sur son impulsivité et sa jalousie.

Il arrache son bracelet électronique

Quand il n'est pas incarcéré, le prévenu a une relation avec une jeune femme qui met fin à cette liaison épisodique à cause de la jalousie de l'homme. Ce jour-là, en fin d'après-midi, il décide d'aller "discuter" avec elle. Étant en dehors des heures de sorties autorisées, il sait qu'il va déclencher l'alarme de son bracelet alors il l'arrache. Arrivé chez la jeune femme, il l'agresse à coups de pied dans le visage. C'est sa fillette de huit ans qui appelle les secours. Retrouvé, l'individu est en plus en possession de cannabis.

Version des faits bien personnelle

C'est une version bien personnelle des faits que va servir l'homme au tribunal. Primo : il n'a pas touché au bracelet, c'est son chien qui a tiré dessus en jouant et il s'est décroché. Secundo : c'est la femme qui l'a agressé et lui s'est défendu. Tertio : il ne détenait tout de même pas des kilos de cannabis, à peine quelques grammes. Pour la conduite sans permis, il ne trouve pas de justifications.

Maintien en détention

La procureure décrit quelqu'un d'incontrôlable. "La justice l'a maintes fois mis en garde par des mesures alternatives." Elle requiert 14 mois de prison dont 10 mois ferme et le maintien en détention. La défense évoque un acte de désespoir commis par un homme très attaché à une femme et terriblement jaloux.

Anthony Hauvel écope de 10 mois de prison dont 5 mois ferme assortis de 24 mois de mise à l'épreuve. Obligation de soins lui est faite et interdiction d'entrer en contact avec la victime (qui ne s'est pas constituée partie civile). Il est maintenu en détention.


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques