Calvados : une mère agresse des policiers pour protéger son fils

Calvados : une mère agresse des policiers pour protéger son fils

Un couloir du tribunal de grande instance de Caen (Calvados)

Le
Par : Joëlle Briant

À Bayeux (Calvados), dans la soirée du vendredi 5 mai 2017, un groupe d'une trentaine de jeunes, pour la plupart alcoolisés, créent des nuisances sur la voie publique. La police municipale se présente pour les disperser mais la mère de l'un d'entre eux, estimant son fils agressé, se déchaîne contre les agents. Elle a dû s'expliquer sur son comportement jeudi 3 août 2017 devant le tribunal de grande instance de Caen.

Jeudi 3 août 2017, une quinquagénaire a comparu devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour répondre de quatre délits : rébellion, violence et outrages envers des personnes dépositaires de l'autorité publique et enfin refus de se soumettre aux vérifications tendant à établir un état alcoolisé. Les faits ont eu lieu à Bayeux le vendredi 5 mai 2017.

Coups de poing, insultes et menaces

La mère d'un jeune homme ivre et agressif arrive sur les lieux au moment où les policiers tentent de disperser l'attroupement. Ils la prient alors de prendre son fils en charge. C'est alors que celle-ci assène des coups de poing dans la colonne vertébrale et le visage d'une femme agent, accompagnant l'agression d'injures et de menaces. Un collègue voulant lui venir en aide est également molesté. La femme porte les signes d'un état alcoolisé mais refuse de se soumettre à éthylotest.

"Je défendais mon enfant"

Pour la prévenue, les choses se sont déroulées différemment. "Je suis venue car mon fils, sorti ce soir-là, ne répondait pas au téléphone et j'étais inquiète. À mon arrivée il n'était sûrement pas en train de frapper les policiers puisqu'il dormait sur le trottoir. Ce sont les agents qui l'ont agressé." Elle reconnaît les insultes et les coups de poing. "Je défendais mon enfant, on n'y touche pas !" Elle affirme que n'ayant pas bu elle n'avait pas à se soumette au dépistage d'un état alcoolisé.

L'ébriété est interdite sur la voie publique

Le procureur explique que le maire de Bayeux ayant reçu des plaintes de riverains concernant des nuisances nocturnes a demandé le concours de la gendarmerie. "Son fils était bien alcoolisé et énervé ce qui constituait un risque de dérapage. La loi stipule que l'état d'ébriété sur la voie publique est passible de la cellule de dégrisement. Elle aurait dû en pendre conscience au lieu d'agresser et de porter atteinte à la dignité des agents." Une peine de prison avec sursis est requise.

La prévenue écope de 3 mois de prison avec sursis. Elle devra en outre verser 250 euros de dommages et intérêt à chacun des deux agents.


1234
Votre pour les trophées du sport normand
Envoyez-nous votre plus belles photos de Noël
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques