En ce moment : HOLD MY HAND - LADY GAGA Ecouter la radio

Rouen. Il passe à tabac sa victime pour lui voler son véhicule

Le Tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime) a jugé, mercredi 6 novembre 2019, en comparution immédiate un prévenu accusé de vol de véhicule avec violences et en récidive.

Rouen. Il passe à tabac sa victime pour lui voler son véhicule
Dix mois ferme pour vol et agression en août 2019, à Rouen. - Tendance Ouest Rouen

Dans la nuit du 8 au 9 août 2019, dans une rue de Rouen (Seine-Maritime), la victime sort de chez des amis pour rentrer chez elle. L'homme tient les clés de sa voiture à la main et s'apprête à ouvrir la portière quand il sent arriver plusieurs individus derrière lui. L'un d'eux s'avance si près qu'il lui dérobe le portefeuille qu'il tenait dans la poche arrière de son pantalon. Puis, la victime reçoit un violent coup de poing au visage, tandis qu'on le dépouille des objets qu'il a sur lui, dont les clés de son domicile et de sa voiture. Ensanglanté, il doit se résoudre à rentrer chez lui à pied, puis explique la scène à un voisin qui l'héberge pour la nuit, tant il a peur de réintégrer son logement. Le lendemain des faits, une patrouille de police contrôle des véhicules à Barentin. Le véhicule volé en fait partie.

Trois hommes sont à bord mais le conducteur refuse d'obtempérer à l'arrêt demandé, tandis que ses comparses s'enfuient. Interpellé, il dit avoir acheté le véhicule récemment. On retrouve des empreintes capillaires dans l'habitacle et l'un des fuyards est retrouvé. Il reconnaît avoir assisté à la violence du vol perpétré par son ami, mais nie toute autre implication.

Il nie tout en bloc

En garde à vue, Cheik Sacko, 19 ans, en attente de régulation administrative de sa présence en France, nie totalement les faits reprochés alors que la victime le reconnaît et le désigne comme l'auteur de l'agression. À son casier judiciaire, une condamnation est portée pour vol en réunion en février 2019. La victime, quant à elle, se voit octroyer quatre jours d'interruption temporaire de travail au vu d'un certificat médical qui a constaté des plaies et hématomes sur le corps de l'agressé. Pour la partie civile, "le traumatisme perdure chez la victime".

Le procureur de la République constate que "l'agression violente est caractérisée". La défense considère que "ce délit ne mérite pas l'incarcération". À l'issue de ses délibérations, le tribunal le reconnaît coupable des faits qui lui sont reprochés et le condamne à une peine de dix mois de prison ferme et prononce son maintien en détention.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
1 commentaires

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

Les commentaires sur Tendance Ouest
12/11/2019 - 12h47
Signaler ce commentaire

Mais pourquoi n'est il pas expulsé immédiatement ?

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. Il passe à tabac sa victime pour lui voler son véhicule