En ce moment : RESPIRE ENCORE - CLARA LUCIANI Ecouter la radio

Condé-sur-Sarthe. Dégradations, insultes, menaces de mort : huit mois de prison pour un détenu

Mercredi 16 octobre 2019, le tribunal correctionnel d'Alençon (Orne) a condamné à huit mois de prison un détenu du centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe (Orne) pour dégradations, insultes, menaces de mort. Le Procureur, qui avait requis deux ans de prison, a fait appel de cette condamnation, qu'il a estimée insuffisante.

Condé-sur-Sarthe. Dégradations, insultes, menaces de mort : huit mois de prison pour un détenu
Huit mois de prison pour un détenu du centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe accusé de dégradations, insultes et menaces de mort. - Eric Mas

Un détenu du centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe (Orne), qui fait partie de la bande de ceux qui se sont rebellés à l'été 2019, pour tenter d'obtenir leur transfert vers d'autres prisons, était jugé par le tribunal correctionnel d'Alençon, mercredi après-midi 16 octobre 2019, suite aux plaintes déposées par sept surveillants.

Sans avocat, Médhi Zerrouki, très bavard, s'est défendu seul, s'estimant victime de ses surveillants, et expliquant :" ce que j'ai fait, c'était pour appeler à l'aide". Quatorze faits lui étaient reprochés : quatre incendies dans sa cellule, des jets d'excréments sur les agents pénitentiaires, des insultes et des menaces de mort sur les surveillants, mais aussi sur leurs familles. "Après la prise d'otage de deux surveillants le 5 mars 2019, du jour au lendemain, tout a basculé à la prison", a expliqué le détenu. "Même si je n'y suis pour rien, je suis traité pire que si j'étais Daech, ça n'est plus supportable. Je demande mon transfert, mais je ne suis pas écouté. Si j'ai fait ça, c'est pour rencontrer le directeur, pour qu'il m'entende".

Le détenu, âgé de 28 ans, qui a connu la prison pour la première fois alors qu'il n'avait que 15 ans, a désormais vingt-deux mentions à son casier judiciaire (dont douze lorsqu'il était mineur dans les quartiers nord de Marseille, et une pour assassinat). Initialement libérable en 2035, il a été condamné à huit mois de prison, là où le procureur de la République avait requis deux ans. Médhi Zerrouki devra aussi verser 3 300 euros de dommages et intérêts aux surveillants pénitentiaires.

Le procureur de la République a immédiatement fait appel de ce jugement, tout comme il a interjeté appel des condamnations de deux autres détenus, Elong Abbé et Siegler, condamnés le 10 octobre 2019 à six et neuf mois de prison, considérant ces trois peines insuffisantes.

Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Jeu-Concours : devinez qui sera élue Miss France 2022
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Condé-sur-Sarthe. Dégradations, insultes, menaces de mort : huit mois de prison pour un détenu