En ce moment : FRIENDSHIPS (LOST MY LOVE) - PASCAL LETOUBLON Ecouter la radio

Rouen. Les deux parents s'accusent mutuellement de violences

Le tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime) juge, mardi 11 juin, un prévenu accusé de violences sous l'empire de l'alcool à l'encontre de son ex-conjointe.

Rouen. Les deux parents s'accusent mutuellement de violences
Ils s'affrontent pour leur enfant. - Tendance Ouest

Le 28 octobre 2018, le fils de la victime est hospitalisé à Saint-Aubin-les-Elbeuf (Seine-Maritime). Il s'agit d'un enfant qu'elle a en commun avec le prévenu, jusqu'à ce qu'une séparation préfigurant un divorce n'arrive.

La mère de l'enfant appelle au téléphone son ex-conjoint pour lui signaler l'hospitalisation et lui donner quelques informations sur la santé de l'enfant. À sa voix, elle devine qu'il a un peu trop bu et refuse catégoriquement qu'il la rejoigne à l'hôpital, craignant sans doute des débordements. Le prévenu se met alors en colère et décide de se rendre aux urgences de l'hôpital car il veut absolument voir son fils. À son arrivée, une dispute éclate entre les deux parents. Le mis en cause la bouscule la mère de son enfant et lui assène un coup de poing au visage ainsi que des coups au corps.

Elle dépose plainte au commissariat pour violences tandis que son ex-conjoint, qui l'a accompagnée, tremble et se met à pleurer. Un examen médical révélera chez elle une dorsalgie et des douleurs abdominales, lui octroyant trois jours d'incapacité temporaire de travail.

Il l'accuse d'être agressive

Cependant le prévenu, tout en reconnaissant les faits, dit qu'elle est bipolaire et qu'elle lui a souvent porté des coups, auxquels il a répondu. Il ajoute qu'il a, à plusieurs reprises, dénoncé ces faits de violences chez son ex-conjointe. À l'hôpital, les caméras de surveillance montrent explicitement l'altercation dans le hall des urgences. "Tout ça est dommage, mais j'ai craqué.", dit le mis en cause à la barre. La partie civile déclare : "il n'en est pas à son coup d'essai", tandis que le procureur de la République considère que les réactions du prévenu sont "inquiétantes et imprévisibles". La défense estime que "les torts sont largement partagés". À l'issue de ses délibérations à l'audience de ce jour mardi 11 juin 2019, le tribunal le déclare coupable des faits qui lui sont reprochés et le condamne à une peine de cinq mois de prison entièrement assortis du sursis.                    

    • Lire aussi. Près de Rouen, il est condamné pour harcèlement et menaces
    • Lire aussi. Il vit mal la rupture et harcèle son ex

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. Les deux parents s'accusent mutuellement de violences