En ce moment : Good 4 u - Olivia RODRIGO Ecouter la radio

Caen. Port de Ouistreham : paré pour le Brexit ?

Et de trois ! Les députés britanniques ont rejeté l'accord de divorce avec l'Europe pour la troisième fois ce vendredi 29 mars 2019. Une nouvelle date butoir pour le Brexit est prévue : le 12 avril prochain. Qu'en est-il pour le port de Ouistreham (Calvados) ? Est-il prêt ? On vous dit tout.

Caen. Port de Ouistreham : paré pour le Brexit ?
Le Brexit se prépare à Ouistreham malgré le report de l'accord entre les britanniques et l'Union Européenne. - Léa Quinio

Toujours pas d'accord trouvé entre les députés britanniques et l'Union Européenne ce vendredi 29 mars 2019, date initialement prévue pour obtenir une réponse définitive concernant le Brexit. Finalement, Theresa May devra encore patienter jusqu'au 12 avril prochain, tout comme le port de Ouistreham (Calvados). En revanche, des mesures provisoires ont déjà été prises par les équipes des Ports de Normandie, les services de la CCI de Caen, les services de Douanes ainsi que la Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Fôret (DRAAF). Mais qu'en est-il véritablement ?

"Le Brexit signifie le retour des frontières"

Alors que le port de Ouistreham réalise trois escales par jour avec 1 million de passagers, 100 000 poids-lourds et 250 000 véhicules légers qui transitent chaque année entre la Grande-Bretagne et la France - ce qui fait de lui le troisième port trans-Manche français - le Brexit va le conduire à renforcer sa sécurité et le contrôle des flux. Jusqu'ici, les marchandises entre les deux continents circulaient librement, sans contrôle douanier. Le 12 avril, en cas de Brexit, le terminal de Ouistreham devra être prêt à s'adapter. "On part d'une inconnue totale à la fois sur le nombre de contrôles et le temps passé pour chaque contrôle. On va apprendre en marchant", indique Philippe Deiss, directeur général des ports de Normandie. 

Vous l'aurez compris, les mesures sont, pour l'heure, provisoires mais ont nécessité une dépense d'environ 500 000 € à Ouistreham, comme à Dieppe (Seine-Maritime). Sur Cherbourg (Manche), ce sont 2 millions d'euros qui ont été engagés. 

"Le Brexit signifie le retour des frontières, ce qui ne signifie pas blocus", ajoute Serge Duyrat, directeur régional des douanes. Le principal enjeu : assurer la fluidité des flux de marchandises. Afin d'anticiper, un système informatique spécifique a été développé par la douane : le "SI Brexit". "Il permet de voir les informations dès le départ du bateau au Royaume-Uni et avant son arrivée afin de distinguer les véhicules qui nécessitent un contrôle particulier, ceux qui doivent effectuer des formalités douanières ou ceux devant aller aux Services d'Inspection Vétérinaire et Phytosanitaire (SIVEP)". 

Une anticipation qui ne paraît pas toujours évidente pour Patrice Narozny, directeur des opérations portuaires et logistiques de Brittany Feries : "Cette fluidité repose notamment sur la responsabilité des importateurs et exportateurs de faire leur déclaration de façon anticipée. S'il n'est pas fait à temps, le risque c'est qu'ils saturent le parking du terminal". À Ouistreham, le parking a une capacité de 100 places, ce qui pourrait, en cas de déclaration tardive, poser problème.

Un nouveau bâtiment pour les contrôles vétérinaires

Respecter les délais serait donc bénéfique à tout le monde, transporteurs comme douaniers. À l'arrivée du ferry, les véhicules peuvent donc suivre plusieurs parcours, qui se distinguent par couleur.  Le chemin "vert" ou "orange" permettront de sortir plus ou moins vite du terminal en fonction des marchandises.

Celles-ci sont parfois mélangées au sein même des poids lourds. Les denrées animales et végétales et les animaux vivants devront passer par un contrôle vétérinaire et phytosanitaire dans un tout nouveau bâtiment. Ce dernier est situé à environ 3 kms du port de Ouistreham où 12 personnes et 7 vétérinaires assureront le contrôle. Caroline Guillaume, directrice régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DRAAF) détaille :

Les denrées alimentaires et les animaux vivants seront séparés dans deux parties du bâtiment pour éviter toute contamination. "Il faudra forcément gérer des imprévus mais on a mis tous les moyens humains possibles", conclut-elle.

Galerie photos
Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Caen. Port de Ouistreham : paré pour le Brexit ?