En ce moment : Try Better Next Time - PLACEBO Ecouter la radio

Rouen. Conférence citoyenne régionale : les discussions ont commencé en Normandie

70 Normands tirés au sort planchent jusqu'au samedi 16 mars 2019 en fin d'après-midi à la Halle aux toiles de Rouen (Seine-Maritime) pour faire émerger des propositions sur la base des premières remontées du Grand débat national.

Rouen. Conférence citoyenne régionale : les discussions ont commencé en Normandie
Les Normands tirés au sort vont travailler à partir des premières remontées du Grand débat national. - Pierre Durand-Gratian

Ils ont été tirés au sort à partir des listes téléphoniques. 70 citoyens des quatre coins de la Normandie ont entamé la conférence citoyenne de la région à Rouen (Seine-Maritime) à la Halle aux toiles, dernière ligne droite du Grand débat national.

Ils vont plancher sur les premières remontées de ce débat pour formuler, d'ici samedi en fin d'après-midi, des propositions concrètes qui seront versées aux contributions.

En préalable, Sébastien Lecornu, ministre en charge des collectivités territoriales, s'est rendu sur place pour défendre ce choix du tirage au sort. "Ça permet de donner envie aux citoyens qui ne seraient pas forcément venus", a-t-il expliqué.

Le ministre est venu défendre et expliquer le choix du tirage au sort. - Pierre Durand-Gratian

À la manœuvre pour mobiliser ces participants, la société Harris interactive qui reconnaît qu'il n'a pas été facile de mobiliser. Plus de 80 000 appels ont été passés au niveau national pour 1 100 réponses positives. "Ils ont refusé pour différentes raisons : il faut venir un vendredi après-midi, être présent tout le samedi, parfois loin de chez soi avec des contraintes de l'employeur et de la famille", a justifié Jean-Daniel Levy de l'institut de sondage.

Pas de volontaire

L'essentiel était de faire participer des citoyens qui n'étaient pas directement volontaires. C'est le cas d'Elisabeth Riffault de Vernon (Eure), aumônière à l'hôpital. "Je m'étais dit, si je suis tiré au sort, je dirai oui, parce que ça me semble important de dialoguer. C'est un peu mon devoir. Mais je ne serais pas allée au-devant du débat".

Même remarque pour Gérard Devaux de Bouville (Seine-Maritime). L'enseignant à la retraite, désormais engagé dans le monde associatif, a regardé de loin le débat sans y prendre part. "Quand j'ai été appelé, je me suis dit pourquoi pas." C'est son "scepticisme" sur l'issue des discussions qui l'avait retenu jusqu'à maintenant. Mais le retraité entend bien désormais défendre ses idées. "Je veux parler des associations qui fonctionnent avec des bénévoles. Parler des emplois aidés que je préfère appeler aidant. Et donner les moyens à ces associations de fonctionner."

Galerie photos
Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. Conférence citoyenne régionale : les discussions ont commencé en Normandie