En ce moment : POUPEE RUSSE - LUJIPEKA Ecouter la radio

Rouen. Environ un millier de gilets jaunes et rouges défilent ensemble à Rouen

Pour la première fois, des gilets jaunes ont manifesté à Rouen (Seine-Maritime) aux côtés de militants syndicaux ou politiques qui affichaient clairement leur couleur, samedi 1er décembre 2018. Le début d'une convergence des luttes ?

Rouen. Environ un millier de gilets jaunes et rouges défilent ensemble à Rouen
Ils étaient 900 selon la police, le double pour la CGT à Rouen. - Pierre Durand-Gratian

La traditionnelle bataille des chiffres a repris. 900 personnes, selon la police, 1800 selon la CGT, ont manifesté dans les rues de Rouen (Seine-Maritime), samedi 1er décembre dans l'après-midi avec des revendications multiples : pouvoir d'achat, baisse des taxes, défense du service public...

Une grande première à Rouen puisque des gilets jaunes ont répondu à l'appel de la CGT qui affichait clairement ses couleurs dans le cortège. Étaient aussi représentés, Solidaire, la France insoumise, le Parti communiste, le NPA et quelques étudiants. "Je n'ai pas de parti politique, je ne suis pas syndiqué, je suis là en tant que gilet jaune mais je pense que l'union fait la force", explique Patrice, mobilisé depuis le premier jour au rond-point des Vaches ou au rond-point de la Motte. "On avait peur que le mouvement soit politisé, explique de son côté Alain, un routier à la retraite de la CGT. Mais effectivement ce sont les mêmes revendications". Lui a suivi de près ce qu'il se passait mais manifestait pour la première fois au côté de gilets jaunes.

La grève générale ?

Certains gilets jaunes dans la manifestation voient surtout d'un bon œil le rapprochement avec les syndicats pour passer un cap dans l'action qui a été engagée. C'est le cas de François Boulo, un avocat gilet jaune mobilisé depuis le début sur l'agglomération de Rouen. "Le gouvernement reste sourd aux revendications. Il faut durcir le ton. La meilleure manière de le faire, c'est d'appeler l'ensemble des secteurs d'activité à la grève. C'est pour cela que nous avons demandé l'appui des syndicats".

"Oui, la grève générale est possible", lançait d'ailleurs une responsable syndicale au micro, prenant en exemple les "camarades de Renault Cléon qui se sont déjà mobilisés".

Une entente à trouver

Reste encore à organiser cette entente naissante entre les organisations syndicales et le mouvement spontané et populaire des gilets jaunes, qui ne pratiquent pas les mêmes modes d'action. Un groupe d'une cinquantaine de gilets jaunes a par exemple, quitté le cortège principal au moment d'emprunter la rue Jeanne-d'Arc, frustré de se voir dicter sa route par le tracé que la CGT avait déposé officiellement en préfecture.

Après le rassemblement devant le palais de justice, certains se sont mis d'accord pour poursuivre la marche jusqu'à la préfecture, pendant qu'une partie des manifestants se dispersait.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. Environ un millier de gilets jaunes et rouges défilent ensemble à Rouen