Carte scolaire en Seine-Maritime : l'ouverture de 124 classes et la fermeture de 88 autres entérinées

Le Conseil départemental de l'éducation nationale en Seine-Maritime s'est réuni mardi 13 mars 2018. Aucun changement n'a été apporté depuis le dernier comité mi-février 2018 : 124 classes vont être ouvertes et 88 vont être fermées.

Carte scolaire en Seine-Maritime : l'ouverture de 124 classes et la fermeture de 88 autres entérinées

Devant la préfecture, une vingtaine de parents d'élèves et d'enseignants se mobilisent contre la fermeture de certaines classes.

Par Noémie Lair

La vingtaine de manifestants réunis devant la préfecture de Seine-Maritime, à Rouen (Seine-Maritime), où se tenait le Conseil départemental de l'éducation national n'aura rien changé : la carte scolaire a été validée. Au total, 124 classes vont être ouvertes dans le département à la rentrée prochaine et 88 autres vont fermer.

"L'inspectrice d'académie [NDLR : Catherine Benoit-Mervant] a entériné ce qu'elle avait décidé au mois de février. Elle n'a accepté de ne revenir sur aucune décision", détaille Marceau Privat, représentant du syndicat SNUipp-FSU.

Des conséquences sur les conditions d'apprentissage

Marceau Privat craint que les fermetures annoncées aient des conséquences négatives sur les conditions d'accueil, d'encadrement et d'apprentissage des élèves : "Si ces fermetures sont justifiées par une grosse baisse démographique, il n'y aura pas de conséquences pour les enfants. En revanche, si ce n'est pas le cas, cela veut dire une augmentation du nombre d'élèves par classe donc des conditions de travail moins bien pour eux. Les enseignants auront moins de temps à passer avec chaque élève, moins de possibilités d'individualiser le travail, de prendre en charge les enfants en situation de handicap. Au final, c'est moins de temps consacré à chaque enfant pour l'aider à réussir scolairement."

Même avis pour Bérengère Métail, parent d'élèves : "les enfants vont être trop nombreux par classe et ne seront pas pris en charge correctement. Les conditions d'apprentissage vont se détériorer."

Des modifications possibles en juin

Des ajustements sont encore possibles d'après Marceau Privat : "Cette décision va obliger les écoles à continuer de se mobiliser, du moins celles qui sont mécontentes, et de mettre la pression auprès de l'inspectrice d'académie jusqu'au groupe de travail du mois de juin prochain où pourront être revues un certain nombre de situations."

TOP SEINE-MARITIME

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES