Limitation de vitesse : la FFMC chez la préfète de l'Orne

Une semaine après la mobilisation de quelque 700 personnes dans les rues d'Alençon (Orne) contre la future limitation de vitesse à 80km/h, une délégation de la FFMC a été reçue vendredi 9 mars 2018 en préfecture de l'Orne.

Limitation de vitesse : la FFMC chez la préfète de l'Orne

Michel Ducret, coordinateur de la FFMC de l'Orne, reçu en préfecture.

Par Eric Mas

La grogne ne cesse de s'amplifier contre le cavalier seul mené par le premier Ministre Édouard Philippe, qui n'entend pas les Français et s'entête à vouloir imposer sa nouvelle limitation de vitesse à 80 km/h sur le réseau routier, à compter du 1er juillet 2018.

Motards en première ligne

Les motards, via leur association FFMC (Fédération Française des Motards en Colère) ont multiplié les manifestations, rejoints par l'association 40 millions d'automobilistes, qui a publié l'enquête sur laquelle s'appuie Édouard Philippe pour justifier la baisse de la vitesse. Sauf que cette enquête ne justifie rien.

La France rurale contre les ors de Matignon?

Les élus de tous bords montent de plus en plus nombreux au créneau. En Normandie, du député Républicain ornais Jérôme Nury qui a déposé une proposition de loi pour amender le projet d'Édouard Philippe, jusqu'au communiste seinomarin Sébastien Jumel. Puis 28 présidents de Conseil départementaux (dont les 3 ex-bas-Normands) sont montés à la charge en demandant à pouvoir adapter la vitesse en fonction de la dangerosité réelle de leurs routes. Mais le 6 mars, 1er Ministre a persisté et confirmé sa mesure.

Christophe de Balorre, président du Conseil départemental de l'Orne, lors de la manifestation du samedi 3 mars à Alençon. - Eric Mas

C'est dans ce contexte que vendredi 9 mars, Michel Ducret, coordonnateur de la FFMC dans l'Orne, a rencontré la préfète de ce département :

0:00
0:00

Prochain rendez-vous le 14 avril 2018, avec une manifestation régionale à Flers (Orne), la ville administrée par Yves Goasdoué, par ailleurs président du Conseil national de la sécurité routière. La mobilisation se prépare dans toutes les sections de la FFMC dans l'Orne, mais aussi dans le Calvados et dans la Manche. La FFMC annonce la couleur : on va bloquer la ville. Les motards comptent bien être plusieurs milliers. Ils annoncent qu'ils seront rejoints par les artisans-taxi. Ils espèrent aussi la mobilisation des ambulanciers. Et de tous les automobilistes, contre ce qu'ils appellent le racket organisé de la sécurité RENtière.

Galerie photos

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES

Lire 1 commentaire
  • Tintoufé dit:

    Le 09/03/2018 à 17h59

    Bravo pour l'entretien. Le respect du peuple est bafoué. Cet excès d'autoritarisme du 1er ministre (pour ne pas dire suffisance) est méprisante et surtout non prévue dans la campagne de Mr Macron. C'est donc un mensonge. On doit avancer ensemble, et pas les uns contre les autres. Le gouvernement n'est pas doué sur la forme.