Santé : une salle hybride pour plonger dans les vaisseaux du corps humain à Caen

Depuis début 2018, les docteurs du service de chirurgie vasculaire de l'hôpital Saint-Martin à Caen (Calvados) disposent d'une salle dotée d'équipement ultra-moderne pour des interventions plus précises et moins invasives pour les patients. Il s'agit du seul équipement de la sorte sur le territoire de l'ex-Basse-Normandie.

Santé : une salle hybride pour plonger dans les vaisseaux du corps humain à Caen

Les nouvelles technologies permettent aux yeux des chirurgiens de circuler dans les vaisseaux pour des interventions de plus en plus précises. © DR

Par Maxence Gorréguès

En toute discrétion, les trois docteurs dédiées à la chirurgie vasculaire de l'hôpital Saint-Martin à Caen (Calvados) vivent une véritable révolution depuis le début de l'année 2018. Ils opèrent désormais dans une salle dite hybride, dotée des moyens technologiques les plus poussés. "Elle lie ce qu'est un bloc opératoire classique dans lequel nous intervenons pour réaliser de la chirurgie vasculaire, à une salle de radiologie numérisée de haute performance", présente le docteur Francis Faroy. Ou quand la technologie permet de mieux naviguer dans les artères des patients pour les déboucher ou les reconstruire.

Plus de sécurité pour le patient

Il leur est par ailleurs désormais possible de visualiser l'arbre artériel d'un patient sans être obligé de lui injecter de l'iode dans ses vaisseaux, comme c'était le cas auparavant. Les risques d'insuffisance rénale qui peuvent en découler s'en trouvent largement réduits.

Les autres avantages de ce nouvel équipement sont nombreux :

"Pour les personnes soignées, l'agressivité de l'opération est bien moindre puisque l'anesthésie est de plus en plus localisée, là où on introduit nos petits tuyaux pour travailler dans les artères, commente Maximilien Giovannetti, l'un des autres praticiens à utiliser le bloc. Cette salle génère moins de rayons X, donc il y a une meilleure radioprotection pour le patient." Et pour les personnels soignants également. Alors qu'il fallait par exemple compter quatre heures pour une opération au bloc opératoire pour un anévrysme de l'aorte abdominale, puis 72 heures de réanimation et sept jours d'hospitalisation, il faut désormais tabler sur 1 h 30 dans la salle hybride, puis trois jours de suivi à l'hôpital, avant un retour dans la foulée au domicile.

Il s'agit du seul équipement de la sorte sur le territoire de l'ex-Basse-Normandie. Pas moins de 1 200 patients sont attendus en 2018 au service de chirurgie vasculaire de la clinique Saint-Martin.

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES

Lire 1 commentaire
  • Mauduit dit:

    Le 08/03/2018 à 12h13

    Bonjour, très bien les nouvelles technologies mais encore faut il pouvoir payer le supplément d'honoraire que demande ses cliniques !