En ce moment : TON VISAGE - FRERO DELAVEGA Ecouter la radio

Le Tréport. Parc éolien en mer du Tréport : Engie fait des concessions

Le groupe Engie a fait plusieurs propositions à l'Agence française de la biodiversité (AFB) pour limiter l'impact du futur parc éolien offshore au large du Tréport (Seine-Maritime) sur l'environnement. Le feu vert de l'AFB est nécessaire pour lancer le projet.

Le Tréport. Parc éolien en mer du Tréport : Engie fait des concessions
Les éoliennes pourraient être relevées de 15 mètres pour limiter les risques de collision avec les oiseaux. - Paul Langrock Agentur Zenit

Engie a été auditionné par l'Agence française de la biodiversité, vendredi 22 décembre 2017. Le groupe, à la tête du consortium pour la construction du parc éolien en mer au large du Tréport (Seine-Maritime), a fait de multiples propositions pour réduire les impacts du projet sur l'environnement.

Le parc est très contesté localement, notamment par les pêcheurs qui critiquent la zone choisie, la plus poissonneuse du Tréport. Engie et ses partenaires doivent désormais obtenir le feu vert de l'AFB pour pouvoir lancer le projet. L'agence devait se prononcer en novembre mais a repoussé à plusieurs reprises sa décision. Un choix motivé par l'avis défavorable émis par le parc naturel marin des estuaires picards.

    • Lire aussi : Projet d'éolien en mer au large de Dieppe - Le Tréport : le parc naturel marin rend un avis défavorable

95 mesures acceptées par Engie

Le groupe Engie a expliqué à l'AFP avoir accepté les 95 mesures suggérées par le parc naturel marin pour que le projet soit envisageable. Des mesures qui portent sur le suivi de certaines espèces animales et végétales. Les moyens du groupe d'intérêt scientifique, censés suivre la mise en place des mesures pour l'environnement, passeront de 650 000 à 8 millions d'euros. Des mesures complémentaires ont même été proposées par Engie.

Les éoliennes pourraient être relevées de 15 mètres pour limiter les risques de collision avec les oiseaux. Les travaux d'installation des pieux pour les fondations des éoliennes seraient aussi arrêtés 4 mois pendant la période de nidification des espèces marines. Le groupe va aussi utiliser une technique pour réduire de 50% le relargage de métaux lourds dans l'eau, liés à la corrosion des pieux.

Engie doit désormais fournir un document pour récapituler ses engagements. La décision de l'AFB doit, quant à elle, tomber le 1er février 2018.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Le Tréport. Parc éolien en mer du Tréport : Engie fait des concessions