En ce moment : DIS-MOI COMMENT TU DANSES - BOULEVARD DES AIRS Ecouter la radio

Caen. Calvados : il casse deux dents à sa compagne et lui arrache les cheveux

Mercredi 26 avril 2017, un jeune homme âgé de 22 ans a été jugé en comparution immédiate par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour avoir le mardi 14 mars dernier fait preuve de violence sur sa compagne ainsi que pour usage illicite de stupéfiants.

Publié le 29/04/2017 à 12h05 - Par Joëlle Briant
Caen. Calvados : il casse deux dents à sa compagne et lui arrache les cheveux
Le box où le prévenu a été jugé en comparution immédiate par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) - Joëlle Briant

Depuis trois ans, un couple ne cesse de se séparer et de se réconcilier. Mardi 14 mars 2017 l'homme s'en prend violemment à sa compagne lui cassant deux dents à coups de poing et lui arrachant une touffe de cheveux. les faits se sont produits dans le quartier du chemin vert à Caen (Calvados). Teddy Schiltz a comparu le mercredi 26 avril 2017 devant le tribunal de grande instance de Caen.

"Discussion sérieuse"

Le couple a une vie commune complexe depuis des années. Malgré cela une petite fille naît en 2015. L'homme vit parfois chez sa compagne, parfois chez sa mère "C'est elle qui décide quand je dois partir et revenir" déclare-t-il. "Il lui impose sa présence" disent des témoins.

Mardi 14 mars 2017, la jeune femme rentre chez elle avec sa fille, rue de Champagne au chemin vert, à Caen. L'homme l'attend en bas de l'immeuble désirant avoir une "discussion sérieuse". La femme confie "Il m'a suivie dans l'ascenseur, j'ai pris cinq coups de poing dans la bouche qui m'ont cassé deux dents. Effrayée j'ai couru me réfugier chez ma voisine, il m'a alors rattrapée par les cheveux m'en arrachant une touffe."

La version du prévenu diffère

Mais le prévenu à une autre version: " A aucun moment je ne l'ai frappée. En voulant la retenir il m'est resté des cheveux dans la main, c'est vrai. C'est en se précipitant chez sa voisine qu'elle s'est blessée au visage. Elle s'est cognée au montant de la porte métallique." La voisine quant à elle n'a pas assisté à la scène. Elle a ouvert à la jeune femme la bouche en sang, portant sa petite fille tétanisée. Il y avait une touffe de cheveux sur son paillasson. La victime déclare avoir également reçu des menaces de mort "J'ai un 22 long rifle. Je vais te mette dans mon coffre et t'enterrer dans la forêt."

Casier judiciaire plein à craquer

Avec ses 17 mentions, le casier judiciaire du prévenu est plein à craquer. Cela débute au tribunal pour enfants et va de vols aggravés à violence sur ascendant en passant par ivresse au volant et usages de stupéfiants. En décembre 2016 il est condamné à 8 mois de prison ferme mais on ne le trouve pas. "Je n'étais pourtant pas caché." Toxicomane, il reconnaît fumer jusqu'à dix joints par jour. Cinq grammes d'héroïne sont retrouvés qu'il affirme avoir récupéré dans un sachet jeté aux encombrants.

Plus d'un an de prison ferme requis

L'avocat de la partie civile réclame 1000 euros de dommages et intérêts à titre provisoire et un renvoi sur intérêts civils afin d'évaluer les frais dentaires et le retentissement psychologique sur l'enfant. La procureure estime que les blessures ne peuvent correspondre à un choc sur la porte car elles auraient été différentes et cela aurait blessé la petite fille qui était dans les bras de sa mère. Une peine ferme est requise ainsi qu'un mandat de dépôt et une obligation d'indemnisation.

Mandat de dépôt

Après délibéré, Teddy Schiltz écope de 20 mois de prison dont 10 mois ferme assortis de 24 mois de mise à l'épreuve. Il devra verser à la victime 500 euros de préjudice moral et se voit interdire tout contact avec elle ainsi que la fréquentation de sa rue. Il lui est interdit de détenir une arme. Enfin il devra se soumettre à des soins psychologiques. L'homme est placé sous mandat de dépôt afin d'éviter les risques de réitération ou qu'il ne s'envole dans la nature.

Réagir à cet article
Envoi en cours...
1 commentaires

Bernard Tourneboeuf11/04/2018 - 15h16

On devrait apprendre aux fille à l'école que toute violence de la part de leur compagnon doit être suivie d'une rupture définitive.

Frapper une femme doit être le geste absolument banni d'un couple surtout si il commence, ça ne peut qu'empirer.


Quand aux femmes ( sans enfant) qui s'accrochent à des cinglés du coup de poing, qu'elles aillent dans des centres de protection ou retournent dans leurs famille temporairement et plus que tout qu'elles soient indépendantes financièrement.

Signaler ce commentaire
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Caen. Calvados : il casse deux dents à sa compagne et lui arrache les cheveux