En ce moment : TOOK TOOK - CATS ON TREES Ecouter la radio

Rangoun (AFP). Birmanie: les chiques de bétel, bombe sanitaire à retardement

...

Rangoun (AFP). Birmanie: les chiques de bétel, bombe sanitaire à retardement
Un vendeur de noix de betel, le 12 juillet 2015 près de la capitale birmane Naypyidaw - AFP/Archives
Au volant de son taxi dans les rues de Rangoun, Myo Min Htaike passe ses journées à mastiquer un mélange de noix et de tabac qui a coloré ses dents en rouge. En Birmanie, le "Kun Ja", ou bétel, est omniprésent au point de poser un problème de santé publique. "Je suis très mal réveillé quand je prends le volant de mon taxi, donc je chique un peu de bétel pour me sentir moins fatigué", explique cet homme de 32 ans, luttant contre la fatigue et l'ennui au milieu des éternels embouteillages de la capitale économique birmane. Les Birmans, y compris les jeunes adultes, sont nombreux à chiquer ce mélange de tabac, de noix d'arec (improprement appelée noix de bétel) et de chaux, agrémenté parfois d'épices. Outre son effet stimulant, la noix d'arec est vantée pour ses vertus antidouleur. "Quand j'ai commencé à chiquer le bétel pour mon mal de dent, je n'ai pas beaucoup aimé. Mais cela a fait disparaître la douleur et j'ai fini par apprécier", explique Myo Min Htaike, les lèvres rougies par son addiction. Les marchands de rue fabriquent à la chaîne ces drôles de chewing-gum artisanaux d'un vert éclatant. Sur une petite tablette de bois accrochée à leur cou, ils enroulent les ingrédients dans des feuilles fraîches de palmier à bétel. Prix de vente: 200 kyats (15 centimes d'euros). Mais chiquer du bétel augmente le risque de cancer de la bouche, mettent en garde les médecins, sans grand écho jusqu'ici auprès de la population. "La Birmanie est l'un des pays où la consommation de tabac à chiquer est la plus répandue, notamment chez les hommes", explique le Dr Dhirendra Narain Sinha, spécialiste de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) basée à Rangoun. - La moitié des hommes birmans chiquent - Selon ses recherches, 51,4% des hommes birmans en sont adeptes ainsi que 16% des femmes. Or le tabac et la noix d'arec sont tous les deux cancérigènes, souligne cette spécialiste, déplorant l'absence de politique de prévention des risques liés à la consommation de tabac dans ce pays qui reste un des plus pauvres d'Asie. Le système de santé birman est en piètre état après des décennies de négligence de la junte militaire qui avait coupé le pays du monde. La misère des hôpitaux tranche avec une économie de marché bouillonnante, tout du moins à Rangoun, où les chantiers de construction sont légion et la classe moyenne émergente désormais équipée des derniers modèles de smartphones. Encore aujourd'hui, malgré l'autodissolution de la junte en 2011, la Birmanie reste la lanterne rouge mondiale en termes de crédits alloués à son système de santé. Selon une récente étude de l'OMS, la Birmanie ne consacre que 0,5% de son PIB à son système de santé. Moins que le Soudan du Sud ou Haïti. L'Afghanistan et le Cambodge voisin dépensent trois fois plus: 1,7% et 1,5% respectivement. Le Dr Than Sein, président de l'ONG People's Health Foundation, confirme qu'en l'absence de toute campagne du ministère de la Santé, "les gens ne connaissent pas les effets secondaires". Et les hôpitaux n'ont pas les moyens de traiter les cancers liés à la consommation de tabac. Aucune statistique officielle n'est disponible sur le sujet dans ce pays sans administration efficace.
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rangoun (AFP). Birmanie: les chiques de bétel, bombe sanitaire à retardement