En ce moment : CE SOIR - AMIR Ecouter la radio

Moscou (AFP). Ukraine: Steimeier pas optimiste sur une sortie de crise

...

Moscou (AFP). Ukraine: Steimeier pas optimiste sur une sortie de crise
Le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov et son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier lors de leur rencontre à Moscou le 18 novembre 2014 - AFP
Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier s'est déclaré mardi "pas optimiste" sur une sortie de crise en Ukraine, en appelant à donner une "nouvelle impulsion" au règlement pacifique du conflit opposant les forces ukrainiennes aux séparatistes prorusses. "Il n'y a pas de fondement pour l'optimisme dans la situation actuelle", a déclaré M. Steinmeier, lors d'une conférence de presse à l'issue d'une rencontre avec son homologue russe Sergueï Lavrov. Il a, dans ce contexte, appelé à surtout ne pas abandonner l'accord de Minsk du 5 septembre sur un cessez-le-feu en Ukraine, qui devient de plus en plus moribond. "Même s'il y a des raisons de se dire que les obligations les plus importantes n'ont pas été remplies, l'abandon de ce document serait toutefois une grande perte", a souligné M. Steinmeier. "Nous devons maintenant faire un effort, même s'il s'agit d'un effort immense, de donner une nouvelle impulsion" aux négociations visant à trouver un règlement du conflit ukrainien, a-t-il ajouté. "Les accords de Minsk ne sont pas parfaits, mais c'est la seule chose qui a été soutenue par tous les acteurs clé: l'Union européenne, les Etats-Unis, les parties du conflit ukrainien et la Russie", a déclaré pour sa part M. Lavrov. "Si nous sommes sincères, faisons respecter ces accords", a-t-il lancé, en soulignant que "la tâche la plus importante actuellement est la poursuite d'un dialogue direct stable" entre Kiev et les rebelles prorusses. Le ministre russe a par ailleurs estimé qu'il était difficile d'établir une ligne de démarcation -- une condition importante pour l'instauration définitive du cessez-le-feu -- entre les positions des forces régulières ukrainiennes et celles des rebelles qui n'occupent qu'une partie des régions de Donetsk et de Lougansk, dans l'est de l'Ukraine. "Il y a des villages qu'il faut placer de l'un ou de l'autre côté de la ligne de partage. Ce n'est pas facile (), car il a des gens qui veulent vivre sous protection des bataillons de volontaires et il y en a d'autres qui ne veulent pas voir leur vie contrôlée par ces bataillons", a déclaré le ministre russe.
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Moscou (AFP). Ukraine: Steimeier pas optimiste sur une sortie de crise