En ce moment : MON EPOQUE - KYO Ecouter la radio

Une restauration d'exception se termine à la cathédrale de Rouen

Les échafaudages qui cachaient la partie centrale de la façade occidentale de la cathédrale de Rouen vont enfin disparaître. Que découvrira-t-on derrière ? Nos photos.

Une restauration d'exception se termine à la cathédrale de Rouen
Le grand gâble en premier plan et la galerie du "Viri Galilei" - Thomas Blachère

Malgré le vent frais du matin s'engouffrant entre les échafaudages, difficile de rester de marbre face à la finesse des pierres sculptées. Ce vendredi 19 avril, ces échafaudages, accrochés depuis des mois au portail central de la cathédrale, seront démontés. Les Rouennais redécouvriront alors la façade, rénovée, lumineuse, magistrale.

Depuis 2009, tailleurs de pierre et autres sculpteurs se sont succédé pour redonner un coup de jeune à l'un des plus beaux ensembles de l'extérieur de la cathédrale de Rouen. Une opération longue et méticuleuse, gourmande en main d'oeuvre et en savoir-faire.

Virtuoses de la pierre

C'est la Grande Rose, la galerie du "Viri Galilei" et le Grand gâble (1514-1522), superbe ensemble triangulaire dominant le portail central faisant face au parvis, que la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) a fait restaurer. Certains éléments, trop endommagés, ont dû être entièrement refaits à l'identique, grâce à la dextérité des maîtres de la pierre. Le résultat est splendide. Restera encore à s'atteler aux deux contreforts, dès la fin de cet été. Au total, l'opération aura coûté un peu plus de deux millions d'euros.

La dernière restauration de la travée centrale de la façade occidentale de l'édifice remonte à 1902. "Mais à l'époque, la pierre choisie était de mauvaise qualité. Elle s'est dégradée rapidement sous l'effet des conditions climatiques et de la pollution", explique Thierry Garret, qui travaille au côté de Pierre-André Lablaude, architecte en chef des monuments historiques. Cette fois-ci la pierre, issue également de la vallée de la Seine comme celle d'origine, a été sélectionnée grâce aux dernières technologies permettant d'en mesurer très précisément la qualité. "Ce qui devrait éviter de restaurer à nouveau tout cela dans cent ans", glisse Luc Logier, directeur régional des Affaires culturelles.

Galerie photos
Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Une restauration d'exception se termine à la cathédrale de Rouen