En ce moment : J'ETAIS PAS LA - BIGFLO & OLI Ecouter la radio

Manche. Le préfet interdit la diffusion de musique amplifiée sur la voie publique

Musique. Alors que des artistes appelaient à un rassemblement revendicatif samedi 10 avril à Cherbourg, la police a fait couper la musique.

Manche. Le préfet interdit la diffusion de musique amplifiée sur la voie publique
La diffusion de musique amplifiée est interdite, pas les messages revendicatifs. Les dispositifs de sonorisation mis en place par les communes dans leur rue ne sont pas concernés.

Dans la Manche, un arrêté préfectoral datant du vendredi 9 avril interdit "la diffusion de musique amplifiée sur la voie publique et/ou audible depuis la voie publique", sur l'ensemble du département. Le Collectif d'artistes du Nord-Cotentin (CANC) l'a appris de façon assez directe le lendemain, alors qu'il avait appelé à un nouveau rassemblement revendicatif et festif devant le Théâtre à l'italienne de Cherbourg. "Nous ouvrons la manifestation avec une bande-son qui comprend des textes, de la musique… Trois policiers sont arrivés pour nous demander de la couper, relate le comédien François Bartier, membre du CANC. Nous avons dû arrêter brutalement le son. Les manifestants étaient d'une incrédulité totale." Le collectif a néanmoins invité les quelque dizaines de citoyens présents à danser… sans musique.

Les messages revendicatifs autorisés…
pas la musique

L'arrêté préfectoral précise qu'il "n'est pas fait obstacle à l'usage sur la voie publique d'équipements de sonorisation à l'occasion des manifestations sur la voie publique (...) sous réserve qu'ils soient destinés uniquement à la diffusion des messages revendicatifs, et non à la diffusion de musique amplifiée". Pour justifier sa décision, la préfecture rappelle notamment que le taux d'incidence du coronavirus s'élève à 248 cas pour 100 000 habitants dans la Manche, avec un taux d'occupation toujours important des lits de réanimation. L'arrêté mentionne également, sans indiquer de date ou de lieu, la tenue d'une manifestation revendicative, où "il a été constaté dans le cortège la présence d'enceinte de forte puissance, diffusant en continu de la musique festive, agrégeant ainsi de nombreux jeunes, et transformant de fait le cortège revendicatif en un rassemblement dansant ambulant puis statique, sans respect de la distanciation sociale et du port du masque (absence du masque ou masque baissé)".

En octobre, avant le second confinement, la préfecture de Seine-Maritime avait pris un arrêté interdisant la musique amplifiée sur la voie publique et dans les bars de Rouen. Il avait été suspendu par le tribunal administratif.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Manche. Le préfet interdit la diffusion de musique amplifiée sur la voie publique