En ce moment : TE FELICITO (FEAT RAUW ALEJANDRO) - SHAKIRA Ecouter la radio

Le Petit-Quevilly. Sa femme voulait divorcer, il l'agresse physiquement

Le prévenu a été cité à comparaître le vendredi 25 octobre 2019, devant le Tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime). Il est accusé de violences à l'encontre de son épouse.

Le Petit-Quevilly. Sa femme voulait divorcer, il l'agresse physiquement
Violent envers son épouse, il écope du sursis le vendredi 25 octobre 2019, devant le Tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime). - Tendance Ouest Rouen

C'est au milieu de la nuit le 4 juillet 2019 que la victime appelle les services de police au domicile du couple, au Petit-Quevilly (Seine-Maritime). Elle se plaint de violences exercées à son encontre par son époux. Sur place, les policiers entendent des appels au secours et découvrent la victime en état de choc et effrayée. Ils constatent immédiatement des traces de coups et des griffures sur son corps. Quant au prévenu, il se trouve dans la cuisine à moitié nu, et se jette sur les policiers en leur demandant de "dégager". Il est manifestement alcoolisé. Enfin maîtrisé, il est emmené pour être placé en garde à vue. Le test de l'éthylomètre qu'il subit se révèle excessivement positif. La victime, quant à elle, est également entendue. Elle explique que, mariés depuis quatre ans, tout allait bien dans le couple, quand bien même son mari consommait trop d'alcool, mais il ne s'était jamais encore montré violent. Cependant, après une première main courante déposée quelques jours avant les faits, les choses ont dégénéré quand elle lui a fait part de sa décision de divorcer.

Menacée au couteau

Le jour des faits, c'est avec un couteau qu'il la menace avant d'aller se coucher dans une chambre attenante, puis se relève pour aller frapper violemment à la porte de celle de son épouse, pour finalement la défoncer à coups de pied. "Il ne travaille plus, boit et dort tout le temps", dit-elle à la barre. Elle se voit octroyer quatre jours d'interruption temporaire de travail au vu d'un certificat médical qui constate des hématomes et un état de stress permanent. Elle dépose alors plainte pour violences. Lui, à la barre, dit qu'il "ne se souvient de rien" quand il est alcoolisé. Pour la partie civile, "la victime vit dans la peur". Le Procureur de la République note que "les faits sont caractérisés". En l'absence de défense et à l'issue de ses délibérations, le Tribunal le déclare coupable et le condamne à une peine de cinq mois de prison entièrement assortis du sursis ainsi qu'à une mise à l'épreuve de deux ans.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Le Petit-Quevilly. Sa femme voulait divorcer, il l'agresse physiquement