En ce moment : SANS MOI - LA ZARRA Ecouter la radio

Rouen. Jugement du Cuba Libre : l'incompréhension des familles de victimes

Le jugement a été rendu, mardi 22 octobre 2019, après le drame du Cuba Libre, en août 2016, à Rouen (Seine-Maritime). Les deux prévenus, Nacer et Amirouche Boutrif, ont été condamnés à cinq ans de prison, dont trois ans ferme.

Rouen. Jugement du Cuba Libre : l'incompréhension des familles de victimes
Les avocats des parties civiles et les familles de victimes se sont retrouvés pour entendre le jugement, le 22 octobre 2019, au Tribunal correctionnel de Rouen.

La décision était attendue aussi bien que redoutée par les familles des victimes du drame du Cuba Libre à Rouen (Seine-Maritime). Dans la nuit du 5 au 6 août 2016, 14 personnes avaient perdu la vie dans un incendie qui s'était déclaré au sous-sol de l'établissement. Un mois après le procès qui a duré six jours devant le Tribunal correctionnel de Rouen, le jugement a été rendu le mardi 22 octobre 2019.

Trois ans de prison ferme

Les deux prévenus, Nacer et Amirouche Boutrif, ont été reconnus coupable et condamnés à cinq ans de prison dont trois ans ferme. Ils n'ont pas été placés en mandat de dépôt, mais effectueront leur peine en maison d'arrêt. "Il n'y a pas d'aménagement de peine envisageable", selon la présidente du tribunal, Catherine Héron. Le procureur de la République de Rouen, Pascal Prache, avait requis quatre ans de prison ferme. Les deux prévenus ont également été condamnés à une interdiction définitive d'exercer dans ce type d'établissement.

À l'issue de ce jugement, certaines familles sont sorties en pleurs. "Ils ont tué mon fils, ils ont tué mon enfant et ils n'ont que trois ans, vous vous rendez compte", lance une proche de victime aux frères Boutrif, protégés par plusieurs policiers, alors que la présidente venait tout juste de quitter la salle. "On attendait au minimum cinq ans, puisque c'est ce qui est prévu dans la loi", regrette Thierry Dugnetai, le père de Florian.

Une peine non aménageable

L'homme, tremblant face aux journalistes, est soutenu par son avocate, Rose-Marie Capitaine : "Quelle que soit la peine, jamais, jamais une décision de justice ne pourra, ni remplacer votre enfant, ni même atténuer votre peine". L'avocate dieppoise souligne l'importance du fait que ce jugement ne soit pas aménageable, alors que les frères Boutrif auraient pu ne jamais être incarcérés puisqu'il s'agit de blessures et d'homicides involontaires.

Malgré tout, la douleur des familles de victimes est ravivée à l'issue de ce procès. Johnny Autin a perdu sa fille, Mégane, dans l'incendie du Cuba Libre : "Pour que ça n'arrive plus, il faut donner des peines élevées, ce qui n'est pas du tout le cas [...] La justice vient d'autoriser les tenanciers d'établissement accueillant le public à pouvoir continuer à contourner la loi". "De toute manière, la peine ne nous aurait jamais convenu", poursuit Rémy Hubert, le père de Zacharia, le DJ qui officiait au Cuba Libre.

Johnny Autin

Les frères Boutrif ont dix jours pour faire appel de la décision, mais selon leurs avocats, ils ne devraient pas utiliser ce droit. Une audience sur le plan des réparations au civil se tiendra le 24 juin 2020.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. Jugement du Cuba Libre : l'incompréhension des familles de victimes