En ce moment : TOUT SAVOIR - ADE Ecouter la radio

Rouen. Seine-Maritime : déjà 575 femmes victimes de violences conjugales en 2019

Le nombre de faits de violences à l'encontre des femmes continue d'augmenter, aussi grâce à une certaine libération de la parole. En Seine-Maritime, associations et pouvoirs publics se rapprochent pour participer au grenelle des violences, lancé par le gouvernement, pour améliorer les dispositifs.

Rouen. Seine-Maritime : déjà 575 femmes victimes de violences conjugales en 2019
Le Casa permet de faciliter la prise en charge médico-légale et de renforcer le dossier auprès de la justice. - CHU Rouen

Le grenelle des violences a été lancé officiellement le mardi 3 septembre 2019. Localement, les acteurs associatifs et les pouvoirs publics vont faire des propositions pour accroître la notoriété des dispositifs de prise en charge qui existent et proposer des pistes d'amélioration. Rien qu'en 2019, 575 femmes ont déjà été victimes de violences de leur conjoint en Seine-Maritime. 124 de plus ont été agressées sexuellement et 89 violées, selon le bilan dressé par le préfet du département Pierre-André Durand.

Libérer la parole

Les dispositifs existent pour venir en aide aux victimes mais restent parfois méconnus. À Rouen, le Pavif (Pôle accueil violences intra-familiales) accueille les femmes victimes de violence depuis 2012. Il regroupe des travailleurs sociaux de trois associations qui permettent une prise en charge complète de la victime, "pour l'écoute, le logement, l'hébergement et les conseils juridiques", explique Émilie Hinfray, éducatrice spécialisée qui intervient dans cette structure. Le plus important est selon elle d'en parler, pour "prendre conscience de ce qu'elles ont pu vivre", ce qui facilite le départ du domicile.

D'un point de vue juridique et policier, la priorité est à la fois de "renforcer la détection des comportements et la formation des services d'enquête", selon le procureur de Rouen, Pascal Prache. Le magistrat insiste également sur l'importance du passage au Casa, qui se situe au CHU de Rouen. L'unité médico-judiciaire permet notamment d'objectiver les violences et de renforcer les dossiers des plaignantes, parfois complexes à plaider, faute de preuves matérielles. Les victimes y trouvent un accompagnement social, médical et psychologique.

Le grenelle doit donner lieu à une synthèse au niveau national le 25 novembre.

La Pavif accueille à Rouen les victimes sur rendez-vous. Le 3919 reste un numéro d'écoute national gratuit et anonyme pour les victimes de violences et leur entourage.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. Seine-Maritime : déjà 575 femmes victimes de violences conjugales en 2019