En ce moment : 4U - OFENBACH Ecouter la radio

Rouen. Lycée professionnel : des enseignants mobilisés pour sauver une option

Des enseignants du lycée professionnel Flaubert à Rouen (Seine-Maritime) craignent pour l'avenir de l'établissement, après qu'une fermeture de classe a été annoncée pour la prochaine rentrée.

Rouen. Lycée professionnel : des enseignants mobilisés pour sauver une option
Les enseignants et une partie des élèves craignent pour l'avenir du lycée professionnel. - Pierre Durand-Gratian

Ils craignent désormais l'engrenage. Des enseignants du lycée professionnel Flaubert à Rouen (Seine-Maritime) tirent la sonnette d'alarme. En cause, la suppression de l'une des deux classes de l'option Gestion administrative (GA) pour la rentrée 2019. Une décision qui menace selon eux l'avenir tout entier du lycée professionnel. "Nous voulons maintenir la capacité d'accueil du lycée pro", explique Dominique Collinet, enseignant en lettres et histoire, soit 334 élèves pour l'année scolaire 2018-2019. Plus largement, ce serait 18 classes de GA sur 26 qui seraient menacées dans l'académie de Rouen d'ici 2022, selon les échanges qu'ils ont eu avec des inspectrices académiques sur la transformation de la voie professionnelle, notamment pour le tertiaire.

Des classes "sociales"

La décision provoque d'autant plus d'incompréhension que les classes de GA font le plein au lycée Flaubert. "Ce sont des classes sociales, qui permettent de remettre un pied à l'étrier à des élèves en décrochage", explique Émilie Colin, elle aussi enseignante dans le lycée. Le lycée Flaubert est également un lycée général ce qui favorise une certaine "mixité sociale" pour ces enseignants, dans le quartier défavorisé des Hauts de Rouen. Un quartier dans lequel certains élèves sont peu mobiles, selon eux, ce qui risque de poser un problème si l'offre en BAC pro se réduit. "Ils devront trouver une place rive gauche avec parfois plus d'une heure de trajet. Beaucoup ne le feront pas", s'inquiète Dominique Collinet.

Selon ces enseignants, ce sont des arguments économiques qui justifieraient ces suppressions de classe, ainsi que le manque d'attractivité de la filière. "Il est vrai qu'il n'y a que peu de débouchés sans poursuite d'études par la suite", concède Émilie Colin.

La fermeture d'une classe et la réforme professionnelle inquiète aussi les élèves du lycée, comme Fanny Desile qui passe son BAC pro GA cette année. "On attaque directement le BAC pro, estime-t-elle. On est toujours sous-estimé". Elle a choisi cette filière pour l'attrait des stages et craint désormais qu'elle disparaisse et ne soit plus reconnue dans les années qui viennent.

Les enseignants doivent être reçus par le rectorat le mardi 18 décembre 2018 pour évoquer l'avenir du lycée Flaubert. Ils se réunissent aussi jeudi 6 décembre 2018 pour décider de la forme que va prendre leur mobilisation. Contacté par notre rédaction, le rectorat n'a pour l'heure pas donné suite à nos demandes sur le sujet.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
1 commentaires

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

Les commentaires sur Tendance Ouest
05/12/2018 - 15h10
Signaler ce commentaire

Bonjour, je suis professeur au lycée Gustave Flaubert. Si vous souhaitez nous soutenir, vous pouvez signer la pétition que nous venons de mettre en ligne sur change.org
https://www.change.org/p/jean-michel-blanquer-prot%C3%A9gez-le-lyc%C3%A9e-professionnel-et-la-fili%C3%A8re-gestion-administration-%C3%A0-flaubert-rouen

Merci à toutes et à tous
Les professeurs du LP Gustave Flaubert

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. Lycée professionnel : des enseignants mobilisés pour sauver une option