À Rouen, Emmanuel Macron dévoile les pistes du quatrième plan autisme

À Rouen, Emmanuel Macron dévoile les pistes du quatrième plan autisme

Emmanuel Macron, accompagné ici par la préfète de Seine-Maritime Fabienne Buccio, est venu à Rouen pour parler de l'autisme.

Le
Par : Amaury Tremblay

C'est à Rouen (Seine-Maritime) que le chef de l'État, Emmanuel Macron a choisi de venir, jeudi 5 avril 2018, pour présenter les premières mesures prévues dans le quatrième plan autisme. Il sera doté d'au moins 340 millions d'euros sur cinq ans.

Au moins 340 millions d'euros sur cinq ans pour le quatrième plan autisme. En déplacement à Rouen (Seine-Maritime), le chef de l'État, Emmanuel Macron a fait face aux contestations sociales, mais a tenu à maintenir sa visite sur cette thématique. Le plan sera détaillé vendredi 6 avril 2018 par le Premier ministre, Édouard Philippe.

    • Lire aussi : Emmanuel Macron accueilli par 200 manifestants à Rouen

Le gouvernement affiche sa stratégie : recherche, prévention, diagnostic le plus précoce possible et inclusion à l'école. "Une cause essentielle", a déclaré le chef de l'État en visitant le centre d'action médico-sociale précoce au CHU de Rouen.

"Agir vite, prendre en charge un enfant autiste avant ses trois ans, c'est lui donner toutes les chances pour la vie", a déclaré le chef de l'État qui souhaite davantage d'accueils à l'école et moins dans les instituts spécialisés, réservés aux cas les plus graves. Emmanuel Macron était accompagné de son épouse Brigitte, de la ministre de la Santé Agnès Buzyn et de la secrétaire d'État chargée des personnes handicapées Sophie Cluzel.

Un remboursement du dépistage

Le Président de la République a précisé que serait mis en place un "forfait de remboursement pour les parents à partir du 1er janvier 2019" pour les dépistages.

0:00
0:00

"Nous allons généraliser la formation de tous les professionnels, pédiatres, médecins, pour avoir, au 9e mois ou au 24e mois, aux consultations prévues, le réflexe de vérifier le minimum et alerter sur un trouble psycho autistique. Car, plus le diagnostic est tôt, plus on peut aider l'enfant à rattraper son retard et avoir la vie la plus normale possible", a-t-il détaillé.

En poursuivant sa visite à la crèche Graffiti's, sur la rive gauche, Emmanuel Macron a longuement écouté des parents lui décrire leur "parcours du combattant" pour faire diagnostiquer puis soigner leur enfant. "Il a fallu que je fasse des pieds et des mains. Ça a été très dur", a témoigné la maman de Naïm, 4 ans, accueilli dans la crèche.

Avec AFP


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques