Emmanuel Macron à Rouen : manifestation des étudiants

Réunis en assemblée générale à l'université de Rouen (Seine-Maritime) mercredi 4 avril 2018, près de 400 étudiants et quelques professeurs et cheminots ont voté pour rejoindre une manifestation prévue devant le CHU lors de la visite d'Emmanuel Macron à Rouen, jeudi 5 avril.

Emmanuel Macron à Rouen : manifestation des étudiants

Près de 400 étudiants se sont rassemblés mercredi 4 avril lors d'une assemblée générale pour débattre sur les actions à mener contre les réformes envisagées par le gouvernement.

Par Noémie Lair

Ils étaient près de 400 réunis, mercredi 4 avril 2018, dans un amphithéâtre de l'université de Rouen, essentiellement des étudiants, mais aussi une petite dizaine d'enseignants, de personnel de l'université et quatre cheminots, pour participer à une assemblée générale. Depuis plusieurs semaines, des dizaines d'étudiants se mobilisent contre les réformes annoncées par le gouvernement et contre la violente expulsion d'étudiants à l'université de Montpellier. Une mobilisation qui a pris la forme de blocage et de manifestations.

    • Lire aussi : À Rouen, des étudiants manifestent après les violences à la fac de droit de Montpellier

Lors de cette assemblée générale, plusieurs nouvelles actions ont été votées, notamment celle de rejoindre une manifestation organisée pour la venue d'Emmanuel Macron au Centre hospitalier universitaire de Rouen jeudi 5 avril. Plusieurs mouvements ont prévu de se réunir, notamment certains membres du personnel du Centre hospitalier du Rouvray et les cheminots.

    • Lire aussi : Camping improvisé à l'hôpital du Rouvray pour dénoncer les conditions de travail

Théo Bellevin, étudiant en sociologie, présidait l'assemblée générale. Il rappelle les principales revendications du mouvement : "Il va y avoir énormément de sélections arbitraires avec Parcours sup [la nouvelle plateforme de vœux pour les études supérieures N.D.L.R.], il y a aussi la suppression des rattrapages, la suppression de la compensation entre les semestres à l'université, etc."

"Si la mobilisation est large, elle sera entendue."

En rejoignant la manifestation devant le CHU, les étudiants montrent que leurs revendications ne sont pas qu'estudiantines, "l'une des deuxièmes revendications du mouvement la volonté de protéger le service public".

Une fusion qui permettra aussi de donner plus de force au mouvement, comme le souligne Frédéric Neyrat, professeur des universités en sociologie à Rouen : "Si la mobilisation est large, elle sera entendue."

Il fait partie des quelques professeurs à se mobiliser :

La CGT FERC (Fédération de l'éducation de la recherche et de la culture) Sup a déposé un préavis de grève jusqu'au 9 avril.

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES