Inquiétude autour des projets d'éoliennes en mer après un amendement au Sénat

Le gouvernement a déposé un amendement au Sénat pour donner la possibilité de renégocier le prix d'achat de l'électricité produite en mer. Une décision source d'inquiétude chez les porteurs de projets en Normandie.

Inquiétude autour des projets d'éoliennes en mer après un amendement au Sénat

62 éoliennes doivent être installées au large de Dieppe et du Tréport à partir de 2021. © Wikicommons

Par Amaury Tremblay

Nouvel épisode dans l'installation d'éoliennes en mer au large de la Normandie. Deux projets sont actuellement à l'étude en Seine-Maritime : à Fécamp (83 éoliennes) et à Dieppe-Le Tréport (62 éoliennes) ; un autre à Courseulles-sur-Mer, dans le Calvados, avec 75 éoliennes. A Cherbourg (Manche) et au Havre, des projets d'usine sont aussi directement liés à cette industrie de l'éolien offshore. Mais un amendement déposé par le gouvernement au Sénat, dans le projet de loi pour un État au service d'une société de confiance, pourrait contrarier les porteurs de projets.

Cet amendement vise à autoriser de nouvelles négociations avec les lauréats des appels d'offres des projets attribués en 2012 puis en 2014. En cause : les avancées technologiques de ces éoliennes, qui entraînent aujourd'hui une baisse du prix de l'électricité produite et estimée lors des appels à projets. "Si la renégociation n'était pas possible, une des options pourrait être de mettre fin à ces projets et de relancer une nouvelle procédure dans les meilleurs délais", explique l'amendement déposé par le gouvernement.

    • Lire aussi : Éoliennes en mer Dieppe-Le Tréport : ce qui change dans le projet

"Absence de concertation"

Un texte qui suscite l'inquiétude des présidents des régions Normandie, Bretagne et Pays de la Loire, qui ont adressé, mardi 13 mars 2018, un courrier commun au Premier ministre, Édouard Philippe. Ils font état d'un "étonnement sur l'absence de concertation" et craignent les conséquences d'une possible adoption de l'amendement "qui pourrait conduire l'État à reporter de plusieurs années le lancement de ces parcs éoliens".

Les trois présidents de régions, dont Hervé Morin, demandent ainsi une réunion d'urgence avec Édouard Philippe pour "exposer [les] craintes sur les risques qui pèsent".

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES

Lire 2 commentaires
  • Mauvaisélève dit:

    Le 14/03/2018 à 16h52

    Les éoliennes sont la coqueluche des "investisseurs". Mieux que le Loto, on gagne à tous les coups. Car on connaît tous le prix d'une auto ou d'une maison à quelque chose près. Mais le prix des éoliennes est libre et elles peuvent être vendues aux élus naïfs à n'importe quel prix. Ne pas oublier le prix de l'électricité éolien : 5 fois plus cher que le nucléaire. On nous vendra une électricité verte à n'importe quel prix puisqu'elle est propre. On oublie les centrales à charbon, à gaz et les milliers de kilomètres de câbles. Les éoliennes c'est une belle affaire pour les investisseurs mais une mauvaise pour les usagers

  • Emilien Caroa dit:

    Le 16/03/2018 à 17h55

    Qu'on cesse d'investir dans ces moulins à vent coûteux, inadaptés à notre consommation d'électricité et dont le prix est supporté par nos factures d'électricité qui ont pris plus de 30% en 6 ans !