En ce moment : TOOK TOOK - CATS ON TREES Ecouter la radio

Alençon. Il fait fuir ses assaillants : le buraliste braqué en Normandie témoigne

Le 17 septembre 2016, un buraliste d'Alençon (Orne) avait réussi à maîtriser deux jeunes braqueurs venus le dévaliser. Une troisième audience a lieu mercredi 21 décembre devant le tribunal correctionnel, pour juger les deux cambrioleurs récidivistes. Le buraliste témoigne.

Alençon. Il fait fuir ses assaillants : le buraliste braqué en Normandie témoigne
Après avoir braqué une supérette, deux jeunes ont été maîtrisés lors du braquage du bureau de tabac du quartier de Courteille à Alençon (Orne). - Google Maps

Le 17 septembre 2016, Michel Giard, buraliste dans le quartier de Courteille, à Alençon (Orne) avait fait preuve de beaucoup de sang-froid. Ce jour-là, avec son fils, il avait neutralisé deux jeunes gens qui tentaient de braquer.

Mercredi 21 décembre 2016, les individus de 22 et 26 ans comparaîtront devant la justice pour vol en récidive, en réunion, avec arme et avec violence.

Une peine exemplaire

Trois mois après les faits, Michel Giard se rend compte de sa témérité et attend de la justice une peine exemplaire. Écoutez-le :

Alençon. Il fait fuir ses assaillants : le buraliste braqué en Normandie témoigne

Présentés à la justice en comparution immédiate deux jours après les faits, les prévenus avaient à l'époque demandé un délai pour préparer leur défense. Ils étaient alors aussi poursuivis pour le braquage d'un magasin Carrefour Contact, dans le même quartier d'Alençon, le 25 août 2016. Le butin était alors dérisoire : 129,98 euros.

Le fils de l'ancien chef de la police

Coup de théâtre lors de leur procès, le 7 décembre 2016 : l'un des deux jeunes hommes n'a pas d'avocat. L'une des avocates du barreau d'Alençon fait en effet partie de la famille du buraliste braqué et ses confrères locaux ont refusé de défendre le braqueur. Ce qui n'empêche pas la présidente du tribunal correctionnel d'Alençon d'indiquer que "les deux accusés risquent une lourde peine", avant de renvoyer l'affaire au mercredi 21 décembre 2016 et de désigner un avocat du barreau d'Argentan commis d'office.

Les individus ne sont pas inconnus de la justice. L'un a déjà une mention à son casier judiciaire, l'autre en a deux. Le plus âgé est, en outre, le fils de l'ancien chef de la police municipale d'Alençon, élément précisé à plusieurs reprises par la juge lors de l'audience publique du 19 septembre 2016.

Les jeunes hommes ont été placés en détention provisoire depuis cette date. Ils encourent de sept à dix années de réclusion.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Alençon. Il fait fuir ses assaillants : le buraliste braqué en Normandie témoigne