En ce moment : Forget Somebody - Tom GREGORY Ecouter la radio

En ce moment
abonnement

Brésil : à 100 ans, la samba retrouve une seconde jeunesse

Sous un palmier solitaire de la Pedra do Sal, un quartier de Rio surnommé "la petite Afrique" où la samba est née officiellement il y a 100 ans, les jeunes se réunissent pour écouter et entonner de vieux classiques devenus des hymnes.

Brésil : à 100 ans, la samba retrouve une seconde jeunesse
Un concert de la samba à Pedra do Sal où la samba est née, à Rio de Janeiro, le 21 novembre 2016 - YASUYOSHI CHIBA [AFP]

Au milieu de la foule, sept jeunes musiciens assis autour d'une table jouent du cavaquinho (petite guitare), de la cuica (tambour à friction) et du tambourin, comme ont commencé à le faire au XIXe siècle, de façon clandestine, les esclaves noirs venus du nord-est pour travailler dans les docks de Rio.

"La samba est à nous!", crie dans un micro Walmir Pimentel, un percussionniste de 34 ans, sous les applaudissements d'un public bravant la chaleur avec bières et caïpirinhas.

Pendant des années, le quartier est resté abandonné par les autorités.

Ce n'est qu'en 2006, quand le groupe de ce musicien coiffé de dreadlocks a mis en place sa "roda de samba" (cercle de samba) tous les lundis soirs, que la musique a retrouvé son berceau, là où les esclaves déchargeaient leurs sacs de sel.

"C'est ici que s'est enracinée la culture de Bahia (nord-est) et qu'ont eu lieu les premières manifestations culturelles (des esclaves). C'est pour cela que la Pedra do sal est considérée comme le berceau de la samba à Rio", explique Walmir à l'AFP.

C'est aussi dans ce lieu légendaire mais gratuit, de plus en plus fréquenté par les touristes, qu'est né en 2012 "Moça Prosa" (Fille Fière), le seul groupe de samba formé par des femmes, un véritable phénomène dans un monde encore dominé par des musiciens hommes.

"Au début, il y en a qui sont un peu sceptiques, mais après ils voient bien qu'on joue aussi bien que les hommes", s'amuse Fabiola Machado, 35 ans, la chanteuse du groupe.

Depuis que la chanson "Pelo Telefone" (Par Téléphone) a été pour la première fois enregistrée comme "samba" il y a 100 ans, ce genre musical est passé des mélodies influencées par le tango argentin à une version plus américanisée avec la bossa nova (avec des tonalités de jazz), en passant par le boom des écoles de samba et du carnaval pour arriver au samba-rock et au samba-funk.

Un public devenu 'plus intellectualisé'

Dans ce genre musical en constante évolution, une nouvelle génération de "sambistas" (musiciens de samba) a surgi avec force à Rio, à la fin des années 90, grâce à la revitalisation de Lapa, le quartier bohème du centre.

Comme à Copacabana dans les années 60, des bars-clubs tels que Carioca da Gema ou Rio Scenarium ont attiré une nouvelle vague de sambistes, mieux formés et plus professionnels, habitués aux "rodas de samba" : Moyseis Marques, Teresa Cristina, Mariene de Castro, Julio Estrela, Nilze Carvalho et les enfants d'artistes connus comme Serginho Procopio.

"Notre génération a conscience que tout est samba. On n'a aucune gêne à ajouter une guitare ou un piano", affirme Moyseis Marques, 37 ans, alors que cette année le Brésil fête, en décembre, le centenaire de la samba.

S'il y a des thèmes universels qui ont toujours inspiré ce rythme entraînant, ses paroles se sont elles aussi adaptées aux temps modernes.

Alors que la première samba parlait du téléphone, aujourd'hui le compositeur de "pagode" (un dérivé de la samba) Arlindo Cruz évoque les réseaux sociaux et la messagerie instantanée WhatsApp.

"La samba est vivante, forte et créative", affirme l'historien André Diniz, avant d'ajouter : "Mais ce n'est plus un genre de masses. Son public est devenu plus intellectualisé, de classe moyenne".

Mais au féminin comme au masculin, la samba continue de rassembler l'ancien et le nouveau : lors d'un récent concert du célèbre compositeur Paulinho da Viola, sa fille Beatriz Rabello a réuni sur scène son père de 74 ans et Moyseis Marques pour présenter son premier disque.

Parmi le public se trouvaient deux mythes vivants de la samba : Monarco, le compositeur de 84 ans de l'école de samba Portela et Nelson Sargento, 92 ans, de l'école Mangueira.

Galerie photos
Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Petites Annonces
Immobilier
Sud Portugal...
Sud Portugal... Granville (50400) 0€ Découvrir
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping...
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping... Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) 0€ Découvrir
1 km mer, à louer chalet de 2 personnes, de 17 m² + salle d'
1 km mer, à louer chalet de 2 personnes, de 17 m² + salle d' Gouville-sur-Mer (50560) 0€ Découvrir
Gîte
Gîte Sainte-Mère-Eglise (50480) 67€ Découvrir
Automobile
Caravane GRUAU Tradition 40 CP
Caravane GRUAU Tradition 40 CP Rouen (76000) 2 500€ Découvrir
Renault Megane
Renault Megane Coutances (50200) 2 000€ Découvrir
Vends Mercedes Classe A
Vends Mercedes Classe A Argences (14370) 29 000€ Découvrir
Tiguan
Tiguan Hérouville-Saint-Clair (14200) 9 900€ Découvrir
Bonnes affaires
Armoire ancienne
Armoire ancienne Caen (14000) 0€ Découvrir
Pots de buis
Pots de buis Caen (14000) 0€ Découvrir
Vide maison
Vide maison Cauvicourt (14190) 0€ Découvrir
Billard Charles X
Billard Charles X Saint-Contest (14280) 2 500€ Découvrir
L'application mobile de Tendance Ouest
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
Votre horoscope du lundi 22 avril
Les jeux de Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
Brésil : à 100 ans, la samba retrouve une seconde jeunesse