En ce moment : Solo - Myles SMITH Ecouter la radio

En ce moment
abonnement

Vienne (AFP). Vienne, capitale du "tourisme macabre"... pas seulement à Halloween

Des catacombes obscures arborant des corps momifiés, un cimetière comptant pas moins de trois millions de morts, un bébé dans le formol surnommé "Le Diable": bienvenue à Vienne, capitale autoproclamée du tourisme macabre.

Vienne (AFP). Vienne, capitale du "tourisme macabre"... pas seulement à Halloween
Gabriele Lukacs, une guide spécialisée dans les attractions macabres à Vienne, le 19 octobre 2016 - AFP

Ville de la valse et de la grande musique, la capitale autrichienne se pique également de ses curiosités funèbres, dont elle a entrepris de faire un axe de développement touristique unique en son genre.

"Les aspects sombres, voire morbides de Vienne sont un atout hors du commun pour promouvoir la ville", souligne Florian Wiesinger, de l'office du tourisme, qui vient de mettre en ligne une vidéo invitant notamment à rendre visite aux "compositeurs décomposés" reposant au cimetière central.

Berceau de la "pulsion de mort" théorisée par Sigmund Freud, l'ancienne capitale des Habsbourg a toujours cultivé un rapport privilégié au macabre. Le dicton y souligne que "la Mort doit être viennoise" et que le but ultime d'une vie réussie y est "un bel enterrement".

Pour Helga Böck, directrice du musée des Pompes funèbres de Vienne, cette tradition a été initiée par la noblesse elle-même. "Pour la cour impériale, les funérailles étaient une occasion de montrer son pouvoir. Le peuple a adopté cette coutume, ce qui explique la particularité de la culture funéraire à Vienne".

D'où un patrimoine funèbre inégalé qui fait les délices de centaines de milliers de visiteurs chaque année.

A tout seigneur tout honneur, la crypte impériale regroupant les sarcophages de pas moins de 149 têtes couronnées -parmi lesquelles l'impératrice Sissi et son époux François-Joseph, dont le pays célèbre le 100e anniversaire de la mort le 21 novembre 1916- attire à elle seule quelque 200.000 visiteurs par an.

- 'Chasseurs de fantômes' -

Mais Vienne compte aussi des aspects lugubres moins connus, comme un labyrinthe de dizaines de kilomètres de galeries construit au fil des siècles sous la ville et dont les oubliettes contiennent encore des corps naturellement momifiés.

Au Moyen-Âge par exemple, "on y enfermait les nonnes qui avaient le malheur de tomber enceintes", rappelle Gabriele Lukacs, auteure d'ouvrages sur le Vienne macabre et guide à ses heures.

"A Vienne, il existe une sorte d'énergie qui ramène tout dans les caves ou dans les cercueils", souligne-t-elle.

Selon cette spécialiste, certaines de ces oubliettes sont encore si chargées "d'âmes prisonnières" que "personne n'ose s'y aventurer". "Les gens prétextent que les escaliers sont trop raides", sourit-elle.

S'il en est deux à qui les spectres ne font en principe pas peur, c'est Dominik Creazzi et Willi Gabler, "chasseurs de fantômes" de leur état.

Bardés d'appareillages électroniques, ils arpentent le cimetière central en une brumeuse journée d'octobre. "Il y a quelqu'un ? Voulez-vous entrer en contact avec nous ?", lance Dominik Creazzi, 26 ans, avec le plus grand sérieux.

Willi Gabler, son patron, l'assure: "En 15 ans nous avons réuni une grande quantité de matériel où l'on voit vraiment des fantômes".

Selon lui, des Viennois font régulièrement appel à son association pour débusquer des esprits. "Certains de nos clients se sentent seuls et ont besoin de parler. Mais il y a aussi des gens qui entendent des bruits de pas et qui voient des ombres, et qui nous demandent d'intervenir".

Pour les amateurs, le fin du fin du macabre viennois se trouve cependant dans le très officiel Musée des malformations anatomiques, hébergé dans un ancien asile.

Parmi les milliers de bocaux exposés, on y trouve le corps d'un enfant surnommé "Le Diable" ainsi que les intestins d'un pensionnaire décédé en essayant de manger le contenu de sa cellule, à commencer par sa paillasse en crin de cheval.

"Les Viennois craignent la mort comme tout le monde", note Peter Hohenhaus, créateur d'un site consacré au tourisme macabre.

Selon lui, le fait de jongler avec le funèbre est pour eux simplement "une façon de conjurer cette peur".

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Petites Annonces
Immobilier
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping...
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping... Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) 0€ Découvrir
à louer maison jumelée à Darnetal...
à louer maison jumelée à Darnetal... Darnétal (76160) 545€ Découvrir
à vendre pour investisseur maison jumelée...
à vendre pour investisseur maison jumelée... Darnétal (76160) 115 000€ Découvrir
La Bresse, dans les Vosges...
La Bresse, dans les Vosges... La Bresse (88250) 0€ Découvrir
Automobile
Toile de tente en coton
Toile de tente en coton Rouen (76000) 350€ Découvrir
Peugeot Partner Totem Clim 1,6l HDI 16V 75 ch
Peugeot Partner Totem Clim 1,6l HDI 16V 75 ch Val-d'Arry (14210) 4 500€ Découvrir
Caravane GRUAU Tradition 40 CP
Caravane GRUAU Tradition 40 CP Rouen (76000) 2 500€ Découvrir
Renault Megane
Renault Megane Coutances (50200) 2 000€ Découvrir
Bonnes affaires
A SAISIR CONGELATEUR 311 L WIRLPOOL
A SAISIR CONGELATEUR 311 L WIRLPOOL Bruc-sur-Aff (35550) 200€ Découvrir
Perdu pendendif
Perdu pendendif Petit-Couronne (76650) 0€ Découvrir
Vends machine à coudre ancienne à pédale
Vends machine à coudre ancienne à pédale Bonsecours (76240) 50€ Découvrir
Colonne de salle de bain
Colonne de salle de bain Rouen (76000) 120€ Découvrir
L'application mobile de Tendance Ouest
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
Vienne (AFP). Vienne, capitale du "tourisme macabre"... pas seulement à Halloween