En ce moment : Despechá - ROSALIA Ecouter la radio

Caen. Calvados : un centre contre le cancer reçoit une subvention pour mener une étude unique au monde

Le centre François Baclesse de Caen (Calvados) a reçu, ce jeudi 20 octobre 2016 au matin, une subvention de 360 000 € pour mener une étude sur la qualité de vie après les cancers de l'ovaire rares. Une première mondiale. Explications.

Caen. Calvados : un centre contre le cancer reçoit une subvention pour mener une étude unique au monde
Un chèque de 360 000 € a été remis à Françoise Joly (2e a gauche) pour lui permettre de mener son étude. - Vincent Le Parc

La fondation ARC pour la recherche sur le cancer a remis, ce jeudi 20 octobre 2016 au matin, un chèque de 360 000 € au professeur Françoise Joly du centre contre le cancer François Baclesse à Caen (Calvados). Cette somme vient récompenser l'étude Vivoaire II qu'a menée le professeur.

"La chimiotéraphie peut laisser des séquelles"

"Il s'agit de femmes qui ont eu un cancer rare de l'ovaire, et qui ont guéri. Mais, on leur a fait une chimiothérapie assez poussée, et on veut être sûrs qu'elles ne gardent pas de séquelles", explique le professeur.
En effet, les femmes qui ont subi la chimiothérapie peuvent garder différentes séquelles dans leur vie d'après. "Par exemple, des toxicités neurologiques, des fourmis dans les pieds et dans les mains qui les tracassent dans leur quotidien, ainsi qu'une fatigue chronique", ajoute le professeur. "Elles n'arrivent pas à retrouver le tonus qu'elles avaient avant. Il peut même y avoir des toxicités cardiaques".

Comparaison avec des femmes non-malades

Dans les prochains mois, plusieurs anciennes patientes qui ont guéri de leur cancer vont être contactées. "Elles vont répondre à un questionnaire. Puis, elles subiront un bilan médical poussé pour savoir si elles n'ont pas de problèmes cardiaques, de cholestérol. La fertilité sera aussi scrutée à la loupe puisque la chimiothérapie peut entraîner des troubles de fertilité", souligne Françoise Joly.
Ensuite, leurs résultats seront comparés à des femmes dites "saines": qui auront eu un cancer, mais qui aura été traité sans chimiothérapie. Mais également à des femmes qui n'auront pas été malades.
Les premiers résultats seront connus d'ici 18 mois. le chèque de la fondation ARC va permettre au professeur de réaliser cette étude. Il témoigne: "C'est une immense fierté, c'est le résultat de plus de 20 ans de travail sur cette thématique".

A LIRE AUSSI.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Caen. Calvados : un centre contre le cancer reçoit une subvention pour mener une étude unique au monde