En ce moment : FRIENDSHIPS (LOST MY LOVE) - PASCAL LETOUBLON Ecouter la radio

Plusieurs communes de la Manche et du Calvados auraient souscrit des prêts toxiques

Coup de tonnerre dans le monde des collectivités. Selon Libération, plusieurs villes devraient faire face au remboursement de "prêts toxiques". Plusieurs élus démentent et réagissent vivement.

Plusieurs communes de la Manche et du Calvados auraient souscrit des prêts toxiques

L'information dévoilée ce matin sur le site internet de Libération a fait l'effet d'une bombe. Nos confrères se sont procurés un rapport confidentiel de DEXIA qui dresse le listing détaillé des communes, régions, départements, qui après avoir souscrit des prêts "toxiques" auprès de cette banque, se retrouveraient aujourd'hui surendettées.

Sur la carte du surendettement des collectivités, Libération pointe du doigt quatre communes de la Manche et seize du Calvados.

Dans la Manche, est montrée du doigt la commune de Brehal pour un montant d'emprunt de 6,1 millions d'euros pour un surcout de 1,1 million d'euros, emprunt contracté en 2008 et qui court jusqu'en 2033.

Aussi à l'index, Gorges pour un montant d'emprunt de 491.000 euros avec un surcout de 58.000 euros, Valognes pour un emprunt de 3,2 millions d'euros et un surcout de 443.000 euros et Cherbourg pour un emprunt de 3,2 millions d'euros et un surcout de 251.000 euros.

Dans le Calvados, c'est Bayeux qui retient l'attention avec un prêt consenti de 5,5 millions d'euros pour 359.000 euros de surcout à rembourser. Ce prêt a été accordé en 2008 et ses remboursements courent jusqu'en 2033.

Le site de Libération met aussi en avant les prêts " toxiques" contractés dans le calvados par les villes de Caen ( 13 millions d'euros empruntés pour 779.000 euros de surcoût), Ouistreham ( 11,5 millions d'euros empruntés pour 1,3 million de surcout), Mezidon Canon ( 2,9 millions d'euros pour 277.000 de surcout).

Tous ces chiffres sont à retrouver sur le site web de Libération : http://labs.liberation.fr/maps/carte-emprunts-toxiques/

Contactés, les maires de Valognes et de Cherbourg démentent en partie les informations du journal Libération. Si ils ne nient pas la réalité des prêts en question auprès de Dexia, ils affirment qu'ils ne sont pas indexés sur des produits "toxiques".

Bonus AUDIO 1 / La réaction de Jacques Coquelin, le maire de Valognes.

Bonus AUDIO 2 / La réaction de Bernard Cazeneuve, le député-maire de Cherbourg.

Un article des rédactions de Tendance Ouest et de La Manche Libre

Galerie photos
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Plusieurs communes de la Manche et du Calvados auraient souscrit des prêts toxiques