Handicap : la MDPH de Rouen est submergée par les demandes

Handicap : la MDPH de Rouen est submergée par les demandes

Cette croissance des demandes est-elle proportionnelle à l’évolution des handicaps ?

Le

En 2005, la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) de Seine-Maritime a enregistré près de 25 000 d’ouvertures de dossiers. En 2011, ce chiffre a atteint 62 381, émanant de 25 428 personnes : demandes de statut de "travailleur handicapé", de carte d’invalidité, d’allocations diverses, de mesures spécifiques relatives à la scolarisation des enfants...

Au 31 décembre 2011, 90.000 seinomarins, enfants et adultes, avaient obtenu une reconnaissance administrative de leur handicap. Mais "on peut avoir le statut de travailleur handicapé sans pour autant toucher une allocation", rappelle Fabienne Outtier, directrice de la MDPH, à Rouen. "Les dispositifs sont attribués en fonction du handicap et des difficultés éprouvées : perte d’autonomie, dépendance, problème d’insertion professionnelle."

Des demandes liées à la crise de l’emploi

Alors que la santé des Français s’est améliorée et que, selon l’inspecteur du travail, les licenciements pour inaptitude n’ont pas augmenté ces dix dernières années, les demandes sont paradoxalement grandissantes. "Beaucoup ne sont pas justifiées ou ne paraissent pas prioritaires", estime Fabienne Outtier.

Si cette recrudescence des demandes n’engendre pas de "dysfonctionnement", elle porte à quatre mois les délais d’instruction. Ce traitement de masse impacte le temps consacré par les équipes aux personnes les plus lourdement handicapées.

Peut-on parler de fraude ? "Pas forcément. Les gens ont vraiment des problèmes", estime la direction. Dans le même laps de temps, la désinsertion socioprofessionnelle ne cesse de croître. "Les contrats aidés créent un besoin de discrimination positive. Face aux difficultés de l’emploi, un certain nombre de personnes veulent se faire reconnaître ‘travailleur handicapé’. Nous assistons à un traitement social du chômage", insiste Jean-Loup Riou, responsable du pôle adulte en charge de l’insertion professionnelle. "Ce sont des problèmes de société. La MDPH doit se centrer sur ceux liés au handicap."


1234
Votez pour votre groupe préféré Papillons de Nuit
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques