En ce moment : NO SCRUBS - TLC Ecouter la radio

L'invasion russe de l'Ukraine fait paniquer les marchés, des Bourses aux matières premières

France-Monde. Jeudi noir sur les marchés mondiaux, ébranlés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie: les Bourses chutent et les matières premières flambent.

L'invasion russe de l'Ukraine fait paniquer les marchés, des Bourses aux matières premières
Tableau des indices boursiers à la Bourse de Francfort, le 24 février 2022 en Allemagne - Daniel ROLAND [AFP]

Les places boursières européennes ont connu l'une des plus mauvaises séances depuis mars 2020 et la mise en place des confinements, perdant jusqu'à 5% au pire de la journée.

Après la clôture, Francfort a perdu 3,96%, Paris 3,83%, Milan 4,14%, Londres 3,88% (chiffre ajusté peu après la clôture) et l'Eurostoxx 50, indice de référence, 3,63%. La Bourse de Varsovie, principale place financière de l'Europe centrale et orientale, a chuté de plus de 10% et celle de Moscou s'est effondrée de plus de 35%.

Wall Street était aussi bousculée: l'indice phare, le Dow Jones, tombait de 1,62%, l'indice élargi S&P 500 de 0,72%, vers 17H00 GMT. Le Nasdaq, à coloration technologique, était à part, prenant 0,26%.

Le prix du baril de pétrole a dépassé au cours de la journée les 100 dollars, autant pour le baril américain que celui de la mer du Nord, une première depuis 2014. L'aluminium et le blé battaient aussi des records.

Vladimir Poutine a lancé jeudi dans la nuit l'invasion de l'Ukraine, avec frappes aériennes et entrée de forces terrestres depuis plusieurs directions. La Russie a affirmé avoir détruit 74 installations militaires.

L'offensive a suscité une tollé international auquel Moscou reste sourd.

"Les marchés mondiaux n'avaient pas prévu un scénario de guerre et s'adaptent maintenant à l'ampleur de cette action militaire", estiment les analystes d'Amundi dans une note.

Les investisseurs se ruent vers les valeurs refuges telles que l'or, qui a frôlé les 2.000 dollars l'once, et les obligations d'État. Le rendement de la dette américaine à 10 ans reculait à 1,94%, contre 1,99% mercredi, avec un plus bas à 1,84% à 11H30 GMT.

Désormais, pour les marchés, "la principale source d'incertitude est de savoir comment les Ukrainiens et les puissances occidentales vont réagir", décrit Johanna Kyrklund, responsable de l'investissement chez le gestionnaire d'actifs Schroders.

Le président américain Joe Biden s'adressera à 17H30 GMT aux Américains, pour évoquer la riposte des États-Unis. L'Union européenne dit préparer un nouveau train de sanctions, le "plus sévère jamais mis en œuvre".

Les matières premières s'embrasent

La Russie et l'Ukraine sont des pays essentiels pour l'approvisionnement en pétrole, gaz, blé et autres matières premières cruciales.

"Les approvisionnements en pétrole et en gaz ne sont pas encore affectés par l'escalade actuelle", mais Michael Hewson, analyste de CMC Markets, craint qu'"ils soient coupés" en cas de sévères sanctions de la part des Occidentaux.

Le cours du baril de pétrole Brent de la mer du Nord s'envolait de 6,56% à 103,19 dollars et celui du baril de WTI américain pour livraison en avril de 4,76% à 96,47 dollars.

Du côté du gaz naturel, le marché de référence en Europe explosait de 33% par rapport à la veille.

"La flambée des prix de l'énergie est un gros casse-tête pour l'Europe, puisque 40% de son gaz naturel et 30% de son pétrole viennent de Russie", explique une analyste de Swissquote.

Les groupes miniers fortement liés à la Russie se sont effondrés à Londres: Polymetal de près de 40%, Ferrexpo de plus de 42%, Evraz de 30% et Petropavlovsk de 27%.

Les groupes ayant des activités en Russie étaient particulièrement touchés sur les marchés. A Francfort, Uniper, lié au gazoduc Nord Stream 2, a baissé de 13,95%.

Les valeurs de la défense étaient les rares à échapper au marasme, comme Thalès (+4,87%) à Paris, ou BAE Systems (+5,16%) à Londres ou Leonardo (+4,34%) à Milan.

Les banques pénalisées

Les banques et le secteur financier ont été visés par les premières sanctions prononcées par l'Union européenne et les Etats-Unis. A Moscou, Sberbank dégringolait de 42,49%, VTB Bank de 37,91%. A Vienne, Raiffeisen a cédé plus de 23%.

A Paris, Société Générale, présente en Russie via Rosbank, a perdu 12,15%. A Milan, UniCredit a lâché 13,69%, sanctionnée pour son exposition à la Russie. A Francfort, Deutsche Bank a chuté de 12,54% et Commerzbank de 13,11%.

Chute du rouble, bond du dollar

Après un plus bas historique à 90 roubles pour un dollar, la devise reculait de 6,58% vers 16H50 GMT, après l'intervention de la Banque centrale russe pour "stabiliser la situation".

Le billet vert, considéré comme une valeur refuge, prenait 1,49% face à la monnaie européenne, à 0,8976 euro pour un dollar, son plus haut depuis juin 2020.

Le bitcoin baissait de 3,81% à 36.000 dollars.

Galerie photos
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
L'invasion russe de l'Ukraine fait paniquer les marchés, des Bourses aux matières premières