En ce moment : CALIFORNIA GURLS - KATY PERRY Ecouter la radio

Rupture de contrat avec l'Australie. Réactions à la sortie de Naval Group à Cherbourg

Industrie. La plupart des personnes rencontrées jeudi 16 septembre à la sortie de Naval Group à Cherbourg ont préféré ne pas répondre à la presse. Les autres ont partagé leur surprise et leur déception après la rupture d'un contrat de 12 sous-marins, prévu avec l'Australie d'ici 2080.

Rupture de contrat avec l'Australie. Réactions à la sortie de Naval Group à Cherbourg
Peu de personnes se risquaient à répondre à la presse jeudi 16 septembre, à la sortie de Naval Group, à Cherbourg, expliquant qu'ils n'avaient pas le droit de parler aux journalistes.

C'est un coup dur pour les 500 personnes qui travaillent à la conception de 12 sous-marins (non-nucléaires) sur le site de Naval Group à Cherbourg, depuis que son partenaire australien a annoncé mercredi 15 septembre commander des sous-marins nucléaires avec les États-Unis et le Royaume-Uni. Conséquence : le contrat approuvé avec la France il y a cinq ans est annulé. "On s'était projetés, en tant que prestataires, sur deux, trois années. On était sécurisés. Et là, du jour au lendemain, tout s'annule. C'est un coup de massue sur la tête", réagit un employé qui travaille pour Alten et préfère garder l'anonymat. Néanmoins, son collègue relativise : "On a une boîte bien étendue sur le territoire, donc on va pouvoir retrouver un poste, c'est moins un problème que pour les salariés de Naval Group."

Une surprise "modérée" pour Vincent Hurel, secrétaire général de la CGT : "Il y avait quelques signes avant-coureurs et, quand on choisit le commerce comme axe de stratégie de son entreprise, on prend ce risque."

Certains se demandent où vont aller leurs collègues, qui travaillent depuis cinq ans sur ces sous-marins. Le PDG de Naval Group était attendu dans l'après-midi sur le site cherbourgeois pour rencontrer les équipes. Un déplacement auquel la presse n'était pas conviée.

Réactions d'intérimaire et prestataires à la sortie de Naval Group

Naval Group partage sa grande déception

Naval Group a réagi ce jeudi après-midi par voie de communiqué : "Le Commonwealth d'Australie n'a pas souhaité engager la phase suivante du programme, ce qui est une grande déception pour Naval Group qui proposait à l'Australie un sous-marin conventionnel de supériorité régionale avec des performances exceptionnelles", sans compter "des engagements jamais pris par aucun industriel en matière de transfert de technologie, de contenu et d'emplois locaux", ajoute le groupe.

L'analyse des conséquences de cette décision sera menée avec le Commonwealth d'Australie dans les jours à venir, a-t-on appris.

Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Jeu-Concours : devinez qui sera élue Miss France 2022
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rupture de contrat avec l'Australie. Réactions à la sortie de Naval Group à Cherbourg