En ce moment : ALWAYS (FEAT. PHILIPPINE) - GAVIN JAMES Ecouter la radio

Au coeur de l'Europe centrale, le pape tend la main aux juifs slovaques

France-Monde. Le pape François, attentif à corriger des siècles d'antijudaïsme catholique, rencontre lundi en Slovaquie la minuscule communauté juive d'un pays où l'antisémitisme reste présent.

Publié le 13/09/2021 à 07h40
Au coeur de l'Europe centrale, le pape tend la main aux juifs slovaques
Le pape François (c) accueilli par la présidente slovaque Zuzana Caputova (g) à son arrivée à l'aéroport de Bratislava, le 12 septembre 2021 en Slovaquie - Handout [VATICAN MEDIA/AFP]

Au deuxième jour de son voyage au coeur de l'Europe centrale - commencé dimanche à Budapest où il a conversé à huis clos avec le dirigeant souverainiste Viktor Orban - le pape argentin s'adressera lundi après-midi à la communauté juive slovaque et écoutera le témoignage d'un survivant de l'Holocauste.

Sa visite d'Etat commencera toutefois par une classique rencontre avec la présidente de la République, Zuzana Caputova, puis une allocution devant les autorités politiques et civiles du pays.

Un nouveau gouvernement dirigé par Eduard Heger a prêté serment en avril, clôturant une crise politique déclenchée par la décision de l'ancien Premier ministre d'acheter des vaccins russes Spoutnik V dans un pays sévèrement frappé par la pandémie.

Trois jours avant l'arrivée du pape, Bratislava a présenté ses excuses officielles pour l'héritage sombre de l'époque du président Jozef Tiso, un prêtre catholique qui accepta d'envoyer des dizaines de milliers de juifs dans les camps de la mort allemands.

Après la création en 1939 de la première République slovaque, un pays totalitaire satellite de l'Allemagne nazie, plusieurs lois antijuives avaient servi de base aux déportations de dizaines de milliers de juifs slovaques. Aujourd'hui la communauté ne compte plus qu'environ 2.000 personnes.

Le pape la saluera en plein air sur la place Rybne, dans un quartier traditionnel juif de Bratislava, où se trouvait autrefois une synagogue, démolie en 1969 par le gouvernement communiste pour construire un pont.

Un mémorial érigé sur cette place en 1996 commémore les 105.000 victimes de l'Holocauste en Slovaquie.

Moins de 300 survivants restèrent dans le pays à l'issue de la guerre.

Richard Duda, président de l'Union centrale des communautés juives de Slovaquie, espère que la présence du pape François contribuera à améliorer les relations entre catholiques et juifs.

Car une étude publiée l'an dernier par Globsec, un groupe de réflexion slovaque, a révélé que 51% des Slovaques estiment que "les Juifs ont trop de pouvoir et contrôlent secrètement les gouvernements et les institutions du monde entier".

Citations bibliques: François, épinglé

La rencontre arrive également à point nommé pour le pape François, plutôt perçu comme l'ami des juifs, mais épinglé en août pour ses commentaires sur un passage biblique évoquant trop négativement la loi juive (Torah), de l'avis de responsables juifs en Israël ou en Italie. Ses propos, sans grande nuance, ont été discrètement rectifiés.

Dans le passé, le pape a aussi été critiqué par des érudits juifs pour ses citations bibliques non contextualisées sur les "hypocrites" pharisiens,un stéréotype négatif qui a alimenté l'antijudaïsme.

Malgré ces maladresses, François a multiplié durant son pontificat les déclarations sur "la proximité entre judaïsme et christianisme".

Les relations entre catholiques et cuifs ont pris un nouveau départ grâce à un document du Concile Vatican II, "Nostra Aetate", qui en 1965 a enfin prôné le respect du judaïsme.

Pendant des siècles, l'origine juive de Jésus avait été occultée et les Juifs présentés comme un peuple déicide dans les sermons d'Eglise.

Appel à combattre l'antisémitisme

A Budapest, lors d'une rencontre dimanche avec les représentants de confessions chrétiennes et de communautés juives hongroises, Jorge Bergoglio a évoqué "la menace de l'antisémitisme qui circule encore en Europe et ailleurs", estimant qu'il s'agissait d'"une mèche qui doit être éteinte".

Le Premier ministre souverainiste Viktor Orban, qui se voit comme le rempart numéro un en Europe contre "l'invasion musulmane", présente la Hongrie comme un lieu sûr pour ses quelque 100.000 juifs, plus grande communauté d'Europe centrale.

Le gouvernement fait valoir ses investissements pour la rénovation et l'entretien de nombreuses synagogues et cimetières.

Quelque 600.000 juifs hongrois ont péri dans les camps nazis, déportés en quelques mois, grâce aussi au zèle de l'administration et de la police hongroises. Dès 1920, le pays s'était doté de la première législation antisémite de l'entre-deux-guerres en Europe.

Galerie photos
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Au coeur de l'Europe centrale, le pape tend la main aux juifs slovaques