En ce moment : SOME NIGHTS - FUN Ecouter la radio

Rouen. Victimes collatérales de la Covid

Santé. Face aux nouvelles mesures drastiques de la préfecture, les habitants tentent de s'adapter, sans toujours comprendre.

Rouen. Victimes collatérales de la Covid
Les salles de sport sont fermées jusqu'au 10 octobre dans 19 communes de la Métropole de Rouen, un coup dur pour les gérants et les adhérents.

Laurence Catel, gérante de salle de sport : "On a l'impression d'être stigmatisés"

Depuis le 26 septembre et au moins jusqu'au 10 octobre, les salles de sport ont été contraintes de fermer leurs portes. "On a très mal accueilli ces nouvelles mesures. C'est raide parce que c'est notre mois phare, celui de la rentrée, et on nous coupe l'herbe sous le pied. Que des mesures soient prises, on le comprend. Mais là, on a l'impression d'être stigmatisés, sacrifiés. On a mis en place de nombreux protocoles. On a réduit notre potentiel clients. On a fermé les vestiaires… Les adhérents ont joué le jeu, on n'est pas des zones de clusters… Et on nous fait fermer sans concertation. On s'est rapprochés d'un syndicat à Paris pour trouver des solutions. On va mettre en place une stratégie juridique pour pouvoir travailler. On a un salarié que l'on va mettre au chômage partiel. Le sport, surtout en ce moment, c'est un moyen de décompresser. On crée aussi du lien social. Les gens vont péter les plombs s'ils n'ont plus leur sas de sécurité !"

Les principales mesures appliquées dans une partie de la Métropole de Rouen.

Jules, qui devait se marier en octobre : "On a les boules"

Avec sa fiancée, cet habitant de l'agglomération rouennaise a longtemps espéré passer entre les gouttes et sauver son mariage. Mais il se préparait, dans un sens, à un report pour mieux faire passer la pilule. "On a vraiment les boules, il faut bien le dire… Surtout que samedi, on préparait encore des choses avec le prêtre. On l'a mal pris, mais il faut quand même relativiser, on y pense depuis le mois de mars, donc on savait que ça pouvait arriver. On prévoyait environ 200 personnes pour le vin d'honneur, 140 pour le repas, et là il faudrait réduire à 30 ? Si on décale, à peu de chose près, ça ne nous coûtera pas plus cher. Mais le problème, c'est que le lieu que nous avions choisi est déjà bouclé pour longtemps. Là, pour la prochaine date possible, on parle d'août 2022 ! Ça fait loin, mais on est des grandes personnes… Pour l'instant, on pense maintenir le mariage à la mairie à la date prévue et repousser la cérémonie religieuse et la fête à plus tard."

Julie Carvin, gérante d'un bar : "On a déjà été extrêmement impactés"

Contraints d'abord de fermer à minuit puis désormais 22 heures, les bars rouennais sont mis en difficulté. "Il faut survivre financièrement, nous avons déjà été extrêmement impactés depuis le confinement et l'absence d'activité en soirée représente beaucoup de manque à gagner. Je ne comprends pas pourquoi on s'en prend aux bars, alors que nous respectons un protocole sanitaire depuis la réouverture, quand on voit de fortes affluences dans les centres commerciaux avec des mesures de distanciation pas toujours respectées. Surtout, je pense que les clients sont plus en sécurité d'un point de vue sanitaire dans nos bars que de faire la fête chez eux après 22 heures."

Fermeture à 22 heures tous les soirs pour les débits de boissons.

Galerie photos
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. Victimes collatérales de la Covid