En ce moment : CENTRE VILLE - CALOGERO Ecouter la radio

Seine-Maritime. Une nouvelle solidarité est née à Rouen

Association, organisme. Dans leur cuisine ou à vélo, des Rouennais s'engagent dans l'initiative #PourEux et viennent en aide aux sans-abri.

Seine-Maritime. Une nouvelle solidarité est née à Rouen
Dans sa cuisine, Gaëlle Flavigny prépare les repas pour une personne de plus afin de laisser de côté une partie qui est emballée soigneusement, puis confiée à un livreur.

L'idée est née pendant le confinement. Soraya Ferahtia est alors à Paris et constate la difficulté pour les associations caritatives de maintenir leur distribution ou leur maraude envers les personnes dans le besoin. Elle lance alors le mouvement #PourEux sur les réseaux sociaux et l'idée prend de l'ampleur, comme le raconte Sophia Derbak, membre de l'organisation : "L'idée était d'impliquer des citoyens qui n'ont pas besoin d'être engagés dans une association ou un parti."

Cuisiner pour les autres

Le phénomène prend de l'ampleur très rapidement, notamment à Rouen. Gaëlle Flavigny est l'une des premières à s'y investir comme cuisinière bénévole. "Je me suis tout de suite dit que c'était génial", explique-t-elle. Exerçant comme agent commercial dans le textile, son travail a été mis à l'arrêt pendant le confinement mais, avec cette initiative, elle "s'est sentie utile, avec un rôle gratifiant que d'aider les autres". Surtout, la mise en œuvre est très facile pour cette famille de quatre personnes : "Nous faisions la cuisine pour cinq, ce qui permettait de laisser une part pour les sans-abri." Plus les jours passent et plus Gaëlle Flavigny améliore son organisation, avec l'ajout de bouteille d'eau, de produits d'hygiène, de livre ou même de chocolat. "Lorsque le livreur est venu pour la première fois récupérer un repas et qu'il m'a retranscrit ce que lui avait dit le sans-abri en recevant le plat, j'étais particulièrement émue."

Une organisation flexible

Grâce à une application mise en place par la coordination du mouvement #PourEux, cuisiniers et bénévoles s'organisent pour la récupération des repas. C'est à vélo que tout se passe ensuite, un mode de déplacement "que nous privilégions dans la dynamique de changement global après le confinement", indique Sophia Derbak. Enseignant en lycée, Xavier Renault parcourt ainsi Rouen avec son vélo et un sac à dos pour distribuer les repas aux sans-abri : "Je me suis dit que, quand j'avais du temps libre ou le week-end, donner un peu de temps pour les autres…" Avec cette période, il s'est dit que c'était "le bon moment" pour se mettre au service de ceux qui en ont besoin. Ce qui revient aussi, lors des échanges avec les bénévoles, c'est l'idée de flexibilité de ce mouvement. "Je donne déjà à deux associations tous les mois, mais financièrement, poursuit Gaëlle Flavigny. Là, c'est un don qui est matériel, que je peux adapter à mon rythme professionnel qui est irrégulier et donc qui ne me permet pas de m'engager facilement dans une association." Plus de 3 000 repas ont été distribués à Rouen depuis le lancement du mouvement qui a vocation à se pérenniser, même lorsque la crise sanitaire sera passée. 200 personnes bénéficient de cette générosité 100 % citoyenne.

Galerie photos
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Seine-Maritime. Une nouvelle solidarité est née à Rouen