En ce moment : GIANT (FEAT RAG'N'BONE MAN) - CALVIN HARRIS Ecouter la radio

Rouen. [notre dossier] À Rouen, les chantiers se terminent avant l'Armada

La ville de Rouen se révèle, à quelques jours de l'Armada. Les grands chantiers structurants et impactants s'achèvent à vitesse grand V, avant le grand événement.

Publié le 31/05/2019 à 09h27 - Par Pierre Durand-Gratian
Rouen. [notre dossier] À Rouen, les chantiers se terminent avant l'Armada
La place du Vieux marché a été entièrement refaite et aménagée en pente douce pour les personnes à mobilité réduite. - Pierre Durand-Gratian

L'échéance était annoncée de longue date pour tous ces chantiers de la ville de Rouen, menés par la Métropole. Cœur de métropole, le parvis de la gare, la nouvelle ligne T4… Tous devaient s'achever avant la grande messe de l'Armada 2019, occasion rêvée de montrer la ville sous un nouveau jour pour provoquer le fameux effet "Waouh", tant voulu par le président de la Métropole Rouen Normandie (MRN), Frédéric Sanchez. Le pari semble tenu, avec une semaine marathon, où les élus locaux ont enchaîné inaugurations et couper de ruban, en poussant un ouf de soulagement.

Il est vrai qu'au début du mois de mai, il était encore difficile d'imaginer, en voyant les barrières et les engins de chantier à l'œuvre, que les délais seraient tenus. "La peinture est fraîche, on est en train de balayer d'un côté et de couper le ruban de l'autre", reconnaît Frédéric Sanchez, "mais globalement, tout s'est très bien passé." 

De multiples chantiers dans toute la ville

D'abord du côté de la cathédrale où les travaux sont achevés sur le parvis et la place de la Calende. Au cœur de ce projet, l'idée de réinventer les usages avec notamment un espace jardin. La place de la Calende a aussi été entièrement revue avec ses marches sombres et ses paliers qui la redessinent.

    • Lire aussi. [photos] Le centre-ville de Rouen est bientôt prêt à accueillir l'Armada

Le nouvel aménagement de la place de la Calende à Rouen. - Clémence Hervieu

Le quartier des musées a pris un coup de jeune ainsi que la place du Vieux marché et ses alentours. En son cœur, des pavés gris et rouge et une pente douce qui permet l'accessibilité aux personnes à mobilité réduite. La rue Rollon a aussi été revue et en partie végétalisée.

La rue Rollon a laissé la place à davantage de verdure. - Pierre Durand-Gratian

La place Henri IV a reçu un coup de jeune, tout comme la statue du monarque tenant un gourdin, qui a retrouvé de l'allure. Les abords du temple Saint-Éloi sont passés d'un triste parking à un agréable jardin.

Les abords du temple Saint-Éloi ont été transformés en jardin. - Pierre Durand-Gratian

Autre métamorphose, celle du parvis de la gare en coopération avec la Région et la SNCF, qui a été pensée comme une porte d'entrée sur la ville. Le bâtiment historique est davantage mis en valeur et les piétons peuvent se réapproprier l'espace. Les usages ont été revus pour que les transports en commun et les transports doux soient davantage utilisés avec une station face au parvis pour les lignes de bus 8, 11, et F2 ou encore le passage du tramway et de la T4 à la proximité.

    • Lire aussi. À Rouen, le nouveau parvis de la gare est achevé

Les nouveaux aménagements ont été inaugurés, jeudi 23 mai. - Pierre Durand-Gratian

En parallèle s'achevait justement le chantier de cette nouvelle ligne TEOR, qui permet désormais de relier le Boulingrin et le Zénith en moins de 30 minutes, grâce à une ligne de bus à très grande majorité en site propre. Un chantier colossal de 88 millions d'euros et un vrai casse-tête pour les plans de circulation et la synchronisation des feux. Là encore, les délais ont été respectés même s'il a fallu mettre les bouchées doubles dans les dernières semaines. "On avait trois équipes au travail dans le centre de Rouen [...], deux équipes sur la T4 rive droite et rive gauche, plus une équipe spécialisée sur le parvis de la cathédrale", explique Frédéric Sanchez. "On a fait le choix de l'intensité même si ça n'a pas été tout le temps facile dans notre quotidien.", repend-il en évoquant notamment, à l'été 2018, la fermeture simultanée du pont Guillaume le Conquérant et du tramway.

    • Lire aussi. Transport : la ligne T4 de Rouen opérationnelle

Boulevard des Belges, dernier arrêt de la T4 avant de passer rive gauche. - Pierre Durand-Gratian

Des ajustements à concrétiser

La fin des travaux donc ? Pas vraiment mais ils seront "beaucoup moins denses", selon le président de la MRN. Après la pause de l'Armada, les finitions doivent se faire notamment rue Rollon, rue Cauchoise ou rue de Crosne. Pour ce qui est de la T4, "Il s'agit du remplissage des contre-allées sur le boulevard de la Marne, boulevard de l'Yser et boulevard des Belges.", explique Emmanuel Sauvage, en charge du projet pour la rive droite. Et puis il va falloir que les riverains s'approprient les différents changements. Des voix se sont fait entendre pour dénoncer un trop grand nombre de marches, place de la Calende, des toilettes publiques trop proches de la cathédrale ou encore des aménagements dangereux, parvis de la gare avec une marche trop peu visible, derrière l'arrêt de bus. Les élus écologistes ont aussi boycotté cette inauguration, dénonçant l'absence de suffisamment de verdure et d'eau, et donc la création d'un îlot de chaleur. "On a besoin de lieux qui permettent de renforcer notre biodiversité et de lutter contre la pollution atmosphérique. La nature en ville est essentielle pour ça.", expliquait Jean-Michel Bérégovoy du groupe Décidons Rouen.

Galerie photos
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. [notre dossier] À Rouen, les chantiers se terminent avant l'Armada