En ce moment : Ma totalite (FEAT Madjo) - Gaëtan ROUSSEL Ecouter la radio

En ce moment
abonnement

Un parcours de golf à l'origine de l'inimitié entre Trump et le gouvernement écossais

Pour une brouille vieille de dix ans portant sur un parcours de golf, le gouvernement écossais et le président américain Donald Trump entretiennent des relations fraîches, que ne devrait pas améliorer la venue du milliardaire en Écosse ce week-end.

Un parcours de golf à l'origine de l'inimitié entre Trump et le gouvernement écossais
Le luxueux complexe sportif et hôtelier de Turnberry, propriété de Donald Trump, le 24 juin 2016 au sud-ouest de l'Écosse - OLI SCARFF [AFP/Archives]

Donald Trump est attendu dans son luxueux complexe sportif et hôtelier de Turnberry (sud-ouest de l'Écosse), qui comprend trois terrains de golf. Mais c'est pour son autre parcours, connu sous le nom de Trump International Golf Links, et situé au nord d'Aberdeen (nord-est de l'Écosse), qu'il a longtemps ferraillé avec Edimbourg.

Quelques jours avant la première visite officielle du président américain au Royaume-Uni, la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon n'a pas caché son plaisir lors de l'inauguration d'une ferme éolienne dont la construction avait été un temps ralentie par le magnat de l'immobilier, qui craignait qu'elle gâche la jolie vue qu'offrait son domaine.

"Un célèbre américain propriétaire d'un parcours de golf, et qui, il me semble, s'est reconverti en politique, avait décidé de poursuivre en justice le gouvernement pour empêcher l'installation de ces turbines", a déclaré la cheffe du Parti national écossais (SNP) lors de la mise en fonctionnement de la première éolienne.

"Mais le gouvernement l'a battu devant les tribunaux. Et ces formidables éoliennes vont pouvoir commencer à produire de l'électricité", a-t-elle ajouté.

Nicola Sturgeon a refusé de rencontrer Donald Trump lors de sa visite. Elle a néanmoins résisté à la pression de certains parlementaires écossais qui souhaitaient que le gouvernement lui interdise d'atterrir à l'aéroport -public- de Glasgow-Prestwick.

Car l'animosité est tenace entre l'homme qui se targue d'être le meilleur négociateur du monde et les dirigeants écossais.

'Terribles ravages'

Fils d'une Écossaise, Donald Trump avait acquis 567 hectares de terre en 2006 à proximité d'Aberdeen, promettant d'en faire "le meilleur parcours de golf au monde".

La proposition avait été bien accueillie par le Premier ministre de l'époque, le travailliste Jack McConnell, qui avait même nommé l'américain "ambassadeur écossais mondial" pour les affaires.

C'était sans compter sur l'opposition au projet des élus locaux, des habitants et des défenseurs de l'environnement.

Mais dans un premier temps, le gouvernement indépendantiste d'Alex Salmond, un fervent amateur de golf, annule la décision du conseil municipal pour permettre au chantier de débuter, s'attirant le qualificatif d'"homme extraordinaire" de le part de M. Trump et jetant les bases d'une amitié qui n'allait pas durer.

Le magnat américain a promis de créer 6.000 emplois et d'investir un milliard de livres (1,13 milliards d'euros), ce qui ne s'est jamais concrétisée. La Trump Organization a dépensé au total 100 millions de livres (113 millions d'euros) sur le site, et employé jusqu'à 650 personnes, intérimaires compris.

En outre, M. Trump commence à se mêler à la politique menée par le SNP, qui veut faire de l'Écosse un leader en matière d'énergies renouvelables.

En 2009, il se rend au parlement écossais pour dire tout le mal qu'il pense du projet de construire onze "horribles" éoliennes offshore, au large d'Aberdeen, estimant qu'elles provoqueraient "de terribles ravages" au tourisme écossais.

Six ans plus tard, le nombre de visiteurs en Écosse a augmenté de près de 25%, et plus des deux tiers des foyers écossais sont alimentés en énergies renouvelables.

Après avoir menacé de ne plus investir en Écosse si le projet éolien voyait le jour, Donald Trump s'est finalement consolé en s'offrant un autre terrain de golf, à l'autre bout du pays.

Choisissant avec soin le moment, il était venu inaugurer son complexe de Turnberry le 24 juin 2016, le lendemain du référendum qui a vu les Britanniques voter pour le Brexit.

Galerie photos
Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Petites Annonces
Immobilier
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping...
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping... Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) 0€ Découvrir
à louer maison jumelée à Darnetal...
à louer maison jumelée à Darnetal... Darnétal (76160) 545€ Découvrir
à vendre pour investisseur maison jumelée...
à vendre pour investisseur maison jumelée... Darnétal (76160) 115 000€ Découvrir
La Bresse, dans les Vosges...
La Bresse, dans les Vosges... La Bresse (88250) 0€ Découvrir
Automobile
Toile de tente en coton
Toile de tente en coton Rouen (76000) 350€ Découvrir
Peugeot Partner Totem Clim 1,6l HDI 16V 75 ch
Peugeot Partner Totem Clim 1,6l HDI 16V 75 ch Val-d'Arry (14210) 4 500€ Découvrir
Caravane GRUAU Tradition 40 CP
Caravane GRUAU Tradition 40 CP Rouen (76000) 2 500€ Découvrir
Renault Megane
Renault Megane Coutances (50200) 2 000€ Découvrir
Bonnes affaires
A SAISIR CONGELATEUR 311 L WIRLPOOL
A SAISIR CONGELATEUR 311 L WIRLPOOL Bruc-sur-Aff (35550) 200€ Découvrir
Perdu pendendif
Perdu pendendif Petit-Couronne (76650) 0€ Découvrir
Vends machine à coudre ancienne à pédale
Vends machine à coudre ancienne à pédale Bonsecours (76240) 50€ Découvrir
Colonne de salle de bain
Colonne de salle de bain Rouen (76000) 120€ Découvrir
L'application mobile de Tendance Ouest
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
Un parcours de golf à l'origine de l'inimitié entre Trump et le gouvernement écossais