[Insolite] Près de Dieppe, il créé une lessive au lait de jument

Au Haras de Rocquigny, près de Dieppe (Seine-Maritime), Jean-Charles Siour et son équipe créent des produits cosmétiques avec le lait des juments élevées dans le domaine familial depuis 1903. La dernière création à base de lait de jument est une lessive.

[Insolite] Près de Dieppe, il créé une lessive au lait de jument

Jean-Charles Siour avec Aurélie Sponem, chargée de la production et Julien Paon, chargé de l'élevage. © Haras de Rocquigny

Par Noémie Lair

Crème de jour, crème anti-âge, sérum pour les peaux sèches à abîmées, crème pour le corps, savon… Depuis 2009, le Haras de Rocquigny (Seine-Maritime), spécialisé dans l'élevage de chevaux, s'est lancé dans la création et la production de produits cosmétiques à base de la matière première dont il dispose, à savoir le lait de jument.

Jean-Charles Siour, 5e génération de la famille à faire de l'élevage à Rocquigny, a inventé un nouveau produit : la lessive au lait de jument. Elle est vendue sur le site Internet du haras depuis le 18 mai 2018 et sera disponible dans les magasins d'ici quelques semaines.

Un lait "nutritionnellement riche"

Le haras, propriété de la famille Siour depuis 1903, compte aujourd'hui 130 chevaux.

C'est Jean-Charles Siour qui a développé l'activité familiale en créant ces produits cosmétiques. "C'est le lait animal qui ressemble le plus au lait humain, indique-t-il. C'est un lait que l'organisme arrive donc à utiliser assez facilement et ça en fait quelque chose de nutritionnellement riche." Dans ses produits, il ajoute essentiellement de l'huile de pépin de pomme et de l'eau de pomme, "des ingrédients du terroir".

"Recette de grand-mère"

La dernière création, la lessive, est en fait une "recette de grand-mère". "À l'époque, on lavait le linge avec les classiques savons de Marseille. On a repris la même idée en travaillant avec notre savon au lait de jument", raconte Jean-Charles Siour. 

Après sept à huit mois de recherche, "on a réussi à faire une lessive liquide avec ce savon, des cristaux de soude, de l'eau et de l'alcool de betterave pour conserver cette lessive".

"Pas très jolie" mais "nettoie très bien"

Dans son travail, le gérant a rencontré une difficulté principale : "stabiliser le produit, avoir quelque chose facile à utiliser". Le problème se situe en fait dans la définition même du savon, "il n'aime pas l'eau, la rejette".

Au final, la lessive au lait de jument n'est donc "pas très jolie à l'aspect, elle fait des morceaux, sépare l'eau du savon et ça fait des différences de couleurs", concède Jean-Charles Siour, qui a alors un conseil : "il faut tout simplement secouer le bidon avant utilisation".

Cette lessive, la famille l'utilise depuis plusieurs mois, "on n'est pas sur quelque chose qui va enlever les taches que la lessive classique n'enlevait pas, précise le gérant, mais on est sur quelque chose qui est écologiquement intéressant et qui nettoie très bien".

Et le créateur ne compte pas s'arrêter là. Dès cet été, il proposera une autre nouveauté : un masque de beauté retravaillé, et évidemment, au lait de jument.

TOP ACTU

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES