GP de Chine: Vettel en pole, alerte rouge pour Mercedes

GP de Chine: Vettel en pole, alerte rouge pour Mercedes

L'Allemand Sebastian Vettel (Ferrari) salue le public après avoir décroché la pole position du GP de Chine, sur le circuit de Shanghai, le 14 avril 2018 © Johannes EISELE [AFP]

Le

Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen ont offert samedi à Ferrari au Grand Prix de Chine une première ligne 100% rouge, soit la couleur du niveau d'alerte qui doit régner chez Mercedes, une nouvelle fois dominé dans ce qui était son exercice favori.

"La voiture était extraordinaire, et s'est améliorée au fur et à mesure des qualifications", a expliqué le quadruple champion du monde allemand, tout sourire après sa 52e pole.

"Dans ma première tentative (en Q3), j'ai perdu l'arrière, mais je savais qu'en faisant un tour propre, je parviendrai à aller beaucoup plus vite", a-t-il souligné.

Auteur d'un chrono de 1 min 31 sec 95/1000e dans son dernier tour, Vettel a battu le record de la piste de Shanghai et détrôné pour 87/1000e son coéquipier Räikkönen, avec qui il partagera la première ligne comme lors du GP de Bahreïn il y a une semaine.

L'avantage surprenant de la Scuderia en ce début de saison transparaît à travers trois statistiques.

La plus parlante, c'est évidemment que la pole position n'avait pas échappé aux Flèches d'argent deux courses de suite depuis le début de la saison 2014, soit une éternité en Formule 1.

Il s'agit aussi de la première fois que Ferrari obtient un doublé consécutif en qualifications depuis les GP des Etats-Unis et de France en juillet 2006.

Et Vettel, auteur de quatre poles en 2017, en a signé déjà deux après trois courses en 2018.

Niki Lauda crispé

Plus grave peut-être, l'Allemand, vainqueur des deux premières courses, a remplacé Lewis Hamilton dans le rôle du héros qui arrache la pole aux nez et à la barbe de ses rivaux à la dernière seconde.

Mercedes, qui a prévu de se relancer sur le circuit de Shanghai, où l'écurie de Brackley restait sur six poles d'affilée, a pour l'instant le moral dans ses chaussettes Tommy Hilfiger, son équipementier depuis cette saison.

Sa star britannique, devancée par son équipier Valtteri Bottas et sachant qu'elle n'allait pas améliorer suffisamment sa marque, a préféré avorter sa dernière tentative en Q3. Frustré, l'autre quadruple champion du monde en activité, qui partira donc 4e dimanche, rentrait à pied pour la pesée, visière baissée, sans daigner saluer la foule.

Sous un ciel gris agrémenté par moments d'un peu de pluie, le Finlandais de Mercedes a au final été relégué à plus de cinq dixièmes de Vettel, un gouffre.

"On n'a jamais réussi à obtenir autant d'adhérence que les Ferrari", a déploré Bottas.

Il n'était qu'à voir les expressions des responsables des deux écuries dès le début de la dernière partie des qualifications pour deviner le rapport de forces qui était en train de se nouer.

Toto Wolff et Niki Lauda semblaient très crispés dans leur garage, alors que, sur sa chaise dans la voie des stands, Maurizio Arrivabene laissait échapper un mince filet de sourire devant les caméras.

Gasly seulement 17e

Depuis l'introduction du V6 Hybride, Mercedes s'est toujours appuyé sur la supériorité de son moteur en ligne droite mais Ferrari semble avoir plus que comblé son retard cette année.

Et ses deux pilotes ont encore eu du mal à faire fonctionner les gommes ultra-tendres de Pirelli, dans des conditions cette fois bien plus fraîches qu'à Bahreïn.

Hamilton devra se méfier dès le départ du Néerlandais Max Verstappen (Red Bull), 5e sur la grille, avec lequel il s'est accroché il y a une semaine, pour éviter que ce week-end chinois ne tourne vraiment au cauchemar.

Côté français, Pierre Gasly n'a pu réitérer son exploit de Bahreïn (6e temps des qualifications) puisqu'il partira seulement en 17e position dimanche.

"On a changé les réglages ce matin et cela n'a pas fonctionné", a indiqué le pilote de 22 ans, éliminé dès la Q1.

Seulement 12e sur la grille, Esteban Ocon (Force India) a en plus été devancé par son équipier mexicain Sergio Pérez, qui a réussi à se glisser en Q3, et a y obtenu la 8e place.

Le plus satisfait des trois Tricolores du plateau 2018 s'appelle Romain Grosjean. Avec sa Haas, le natif de Genève s'élancera du 10e rang dimanche.

Enfin Renault a placé l'Allemand Nico Hülkenberg et l'Espagnol Carlos Sainz Jr aux 7e et 9e places.

Galerie photos


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques