Deux sportifs de Normandie médaillés au championnat du monde de nage hivernale... dans une eau à 0,2 degré !

Marion Joffle de Lisieux (Calvados) et Alexandre Fuzeau de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime) ont décroché des médailles au championnat du monde de nage hivernale, en Estonie, du 6 au 10 mars 2018.

Deux sportifs de Normandie médaillés au championnat du monde de nage hivernale... dans une eau à 0,2 degré !

L'équipe du relais français avec Marion Joffle, Philippe Fort, Guillaume Calon et Alexandre Fuzeau, auteurs de deux nouveaux records de France sur le 4X25m brasse et le 4X25m nage libre.

Par Pierre Durand-Gratian

C'est un sport extrême encore méconnu, dans lequel deux Normands ont brillé lors des championnats du monde en Estonie, du mardi 6 au samedi 10 mars 2018 : la nage en eau hivernale.

Dans une eau à 0,2 degré, Marion Joffle, 19 ans, nageuse de Lisieux, a remporté trois médailles dont deux titres de championne de monde. Parmi ces titres, celui du 100 mètres nage libre dans la catégorie des 15-20 ans en 1'13''. Alexandre Fuzeau, médecin de Sotteville-lès-Rouen, surnommé Ice Doctor, a quant à lui décroché le bronze sur le 200m brasse dans la catégorie des 50-54 ans.

    • Lire aussi : Sport extrême : ce médecin de Rouen nage dans une eau à zéro degré !

11 médailles pour l'équipe de France

En tout, l'équipe de France a raflé 11 médailles, dont quatre en or, dans ces championnats du monde qui ont rassemblé 1 386 nageurs de 40 pays, répartis en 13 catégories d'âge. Les courses se sont disputées dans le port de Tallinn. "L'eau du port a été ceinturée avec chronométrage électronique et toutes les infrastructures nécessaires à un championnat du monde. Par contre, l'eau est à 0,2 degré", explique Alexandre Fuzeau. Une température extrême, qui rend l'effort particulièrement difficile à gérer. "C'est ce qui donne ses lettres de noblesse à ce sport. Il ne faut pas gérer que la vitesse pure, mais aussi la respiration, le refroidissement... Toutes les contraintes de la nature qui nous sont imposées".

L'Ice Doctor se prépare chaque hiver à ces compétitions extrêmes. Dans la ville de Rouen (Seine-Maritime), il ne sort qu'en chemisette, même par les températures les plus froides et s'entraîne régulièrement dans la Seine. À Tallin, objectif atteint pour ce féru de sport extrême : "le 200 mètres brasse est ma spécialité. Je n'ai pas disputé d'autres épreuves pour me préserver pour celle-ci. Les deux premiers étaient intouchables mais cela m'a permis de monter sur le podium", explique-t-il. 

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES