Sans argent, ni portable, un étudiant caennais sillonne l'Europe

Cyprien Desrez est étudiant à l'école d'art de Caen (Calvados) et passionné de voyages en solitaire. Il revient d'un voyage de sept semaines en France, en Suisse et en Allemagne, en auto-stop, sans portable et sans argent.

Sans argent, ni portable, un étudiant caennais sillonne l'Europe

Cyprien Desrez raconte son voyage dans un livre qui est aussi son mémoire de fin d'études.

Par Margaux Rousset

Dans un monde où tout va vite, Cyprien Desrez a décidé de ralentir, de prendre son temps. A 24 ans, il revient d'un voyage de 47 jours en France, en Suisse et en Allemagne, le tout en auto-stop, sans argent et sans portable. "J'ai commencé l'auto-stop à 16 ans entre Pont-L'évêque et Deauville", sourit cet étudiant en master 2 à l'école d'art de Caen (Calvados).

Les distances se sont depuis agrandies et le challenge aussi. "Je n'ai jamais eu de difficulté pendant mes voyages. Ne pas avoir de portable ça oblige à aller vers les gens et quand je prends un refus, ça me fait réfléchir". Ses récits de voyages sont concentrés dans un livre qui lui sert également de mémoire de fin d'étude.

Cyprien s'est lancé dans l'aventure de l'auto-stop à 16 ans. - Cyprien Desrez

Revenir aux basiques

Cyprien Desrez est un jeune homme comme tous les autres. "J'utilise mon portable tous les jours, je fais souvent plein de choses en même temps mais pendant ces sept semaines de voyage, j'ai eu l'impression de vivre dans un autre espace temps." Celui de la nature, de la contemplation et du retour aux choses basiques. "J'ai écrit des lettres tous les jours à mes parents et c'est ce qui rythmait tous mes débuts de journées." Quant aux réseaux sociaux : pas plus d'un quart d'heure tous les trois jours dans une bibliothèque par exemple.

A la découverte de nouvelles cultures

Prochain objectif pour l'étudiant : les États-Unis l'été prochain. - Cyprien Desrez

Pour gagner un peu d'argent, l'étudiant s'est lancé dans des petits boulots, ce qui lui a permis de se rendre compte que la Normandie n'était pas très bien connue. "Un jour, je faisais la plonge au marché couvert de Dijon et ma chef à la fin du service me dit 'tiens je t'offre un petit sac de victuailles et dedans il y a des crêpes bretonnes, ça vient de chez toi'". L'anecdote est amusante, mais ce voyage a permis à Cyprien Desrez de parler d'où il vient et de connaître un peu plus la vie ailleurs. Prochain objectif ? "Les États-Unis l'été prochain". Toujours seul.

Galerie photos

TOP CALVADOS

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES