Fécamp : malgré un arrêté, un cirque s'installe de force

Le cirque Arena s'est installé à Fécamp (Seine-Maritime) lundi 26 février 2018 malgré une interdiction de la mairie. Cette dernière met en avant des travaux sur le parking de la Mâture et un arrêté contre les cirques avec animaux. Le cirque conteste cet arrêté.

Fécamp : malgré un arrêté, un cirque s'installe de force

Mercredi 28 février 2018, les services de l'Etat ont procédé à des contrôles administratifs et vétérinaires.

Par Gilles Anthoine

Le cirque Arena s'est installé de force lundi 26 février 2018 sur le parking de la Mature à Fécamp (Seine-Maritime). Malgré le refus de la mairie, le cirque s'est présenté à l'entrée du parking. Il a été accueilli par la police nationale, municipale et des agents de la ville qui bloquaient l'entrée du parking avec un camion. Après quelques tensions, le cirque a tout de même pris possession des lieux.

La question animale au cœur du conflit

Au cœur du conflit, un arrêté pris une semaine plus tôt par la mairie de Fécamp contre les cirques avec animaux. Un arrêté jugé illégal par Daniel Renold, le propriétaire du cirque Arena. Il évoque une jurisprudence en sa faveur. Le cirque ayant toutes les autorisations de l'Etat pour travailler.

    • BONUS : le reportage Tendance Ouest :

La mairie de Fécamp a engagé plusieurs recours devant le parquet du Havre : une procédure de contravention pour occupation illégale d'une dépendance de la voirie routière et une demande d'expulsion. Une plainte pour mise en danger de la vie des agents municipaux et des policiers est également envisagée mais n'a pas encore été déposée.

Le cirque Arena s'est installé parking de la Mâture à Fécamp contre l'avis de la mairie. - Gilles Anthoine

Fécamp a demandé l'expulsion

Mercredi 28 février 2018, dans l'après-midi, le parquet du Havre a fait procéder à des contrôles administratifs et vétérinaires au sein du cirque Arena à Fécamp.

Le cirque Arena conteste toute maltraitance envers les animaux. - Gilles Anthoine

De son côté, le cirque Arena compte bien assurer ses représentations dans la cité des terre-Neuvas. Des séances sont prévues du jeudi 1er au dimanche 4 mars 2018 à 16 heures.

Galerie photos

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES

Lire 4 commentaires
  • Marommix dit:

    Le 28/02/2018 à 18h43

    La ville appartient à ses habitants qui en ont confié la gestion au maire, les ambulants doivent se conformer aux règles décidées par ceux ci.

  • Philippe dit:

    Le 28/02/2018 à 21h42

    Je soutiens les cirques avec animaux à Fécamp et ils sont les bienvenus malgré l'arrêté municipal. Je pense que Mme le Maire va devoir se détendre. L'année dernière, Mme le Maire ne se jamais opposé aux cirques avec animaux dans sa ville. Pourquoi ce retournement de situation d'un coup ?

  • Julien dit:

    Le 01/03/2018 à 12h51

    Philippe, je n'appelle pas ça un retournement de situation mais une prise de conscience concernant la situation animale. Aimeriez-vous être à la place de ces animaux, qui ressentent des émotions tout comme nous? Il s'agit ni plus ni moins d’esclavage, et il me semble bien que cela est interdit en France. Les cirques sans animaux existent et proposent de très beaux spectacles, mais sans toute cette cruauté (qu'elle soit visible ou non aux yeux des spectateurs).

  • Etoile dit:

    Le 01/03/2018 à 14h56

    Justement : la ville n'appartient pas à ses habitants et au maire. La ville appartient à tous les Français, et elle doit respecter les lois de la République. Les cirques exercent légalement un métier légal. Les services vétérinaires de l'État sont les SEULS compétents pour dire si, oui ou non, tel ou tel cirque maltraite ses animaux. Le maire n'est pas compétent (juridiquement) pour ça. Chacun son job. Il n'y a aucune "cruauté" dans les cirques : rien que ce mot est diffamatoire. Vous croyez quoi ? Qu'on leur arrache les ongles ? Qu'on les passe à la gégène ? Qu'on les bat à coups de trique ? Et vous croyez qu'ils se passerait quoi devant 5 ou 6 fauves avec un homme seul, si c'était vraiment comme ça qu'on dressait les fauves ? Il faut vraiment sombrer dans le fantasme le plus absolu pour croire une seule seconde que les dresseurs actuels puissent de quelque manière que ce soit maltraiter leurs bêtes.