Près de Fécamp : un village crie son amour à son école

Près de Fécamp : un village crie son amour à son école

Ganzeville veut sauver son école et du coup son village.

Le
Par : Gilles Anthoine

Près de Fécamp (Seine-Maritime), le village de Ganzeville se mobilise contre la fermeture de son école à la rentrée de septembre 2018. L'inspection d'académie a annoncé la suppression d'un poste ce qui obligerait Ganzeville à rejoindre le Regroupement pédagogique intercommunal (RPI) d'Epreville, Tourville-les-Ifs et Maniquerville. Les parents d'élèves se mobilisent pour sauver leur école et leur village. Ils lancent l'opération "J'aime mon école" mercredi 14 février 2018, jour de la Saint Valentin.

Ganzeville, situé près de Fécamp en Seine-Maritime, est un village d'environ 500 habitants. Son école regroupe trois classes (maternelles, CP CE1 et CE2 CM1 CM2) et accueille 54 élèves. À la rentrée de septembre 2018, l'inspection académique a annoncé la suppression d'un poste. Avec deux classes restantes (de la maternelle au CM2), Ganzeville serait certainement obligé d'intégrer le RPI d'Epreville, Tourville-les-Ifs et Maniquerville.

Sauver l'école et le village

Les parents d'élèves de Ganzeville ont monté un collectif "Ganzeville sauve son école" pour sauver l'école et bien plus : leur village. L'école est le poumon de la commune.

Écoutez Véronique Estiot Le Roux, membre du collectif "Ganzeville sauve son école" :

0:00
0:00

Opération "J'aime mon école"

Symboliquement le collectif "Ganzeville sauve son école" va manifester mercredi 14 février 2018, jour de la Saint Valentin avec l'opération "J'aime mon école". Rassemblent prévu devant l'école à 16 heures. Les parents d'élèves, les habitants, les anciens élèves, les anciens enseignants sont appelés à manifester leur amour pour cette petite école rurale. Chacun pour accrocher son mot d'amour sur la grille de l'établissement.

Une pétition en ligne a également été lancée et a recueilli presque 450 signatures au 14 février 2018. Pour défendre sa cause, le collectif a également écrit à l'inspection académique, au rectorat, au président de la République, au Premier ministre, au ministre de l'Éducation, aux députés locaux ainsi qu'à la maire de Fécamp.


1234
Votez pour votre groupe préféré Papillons de Nuit
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques