Débrayage à l'hôpital psychiatrique du Havre

Débrayage à l'hôpital psychiatrique du Havre

Mouvement de grogne à l'hôpital Pierre Janet du Havre. © Sud Ghh Le Havre

Le
Par : Gilles Anthoine

Les syndicats de l'hôpital psychiatrique Pierre Janet du Havre (Seine-Maritime) avaient appelé à la grève vendredi 9 février 2018. Au cœur du conflit : les conditions de travail et le manque de personnel.

Pierre Janet est l'hôpital psychiatrique du Havre (Seine-Maritime). Depuis plusieurs années, les syndicats des personnels dénoncent les conditions de travail dans cet établissement à cause, selon eux, d'un manque de moyens financiers et d'effectifs.

Le syndicat SUD parle de "faire dormir une personne de 70 ans avec des complications somatiques dans une salle télé ou être la voisine de chambre d'un détenu : chaque jour, encore et encore des lits ou matelas supplémentaires (à défaut de lit) sont ajoutés, les chambres simples deviennent doubles, les doubles deviennent triples…"

Débrayage de trois heures

Les syndicats ont appelé les salariés de Pierre Janet à débrayer entre midi et 15h vendredi 9 février 2018. Parmi les revendications : le remplacement de tous les arrêts maladie, l'augmentation des effectifs (25 postes), l'octroi de moyens budgétaires supplémentaire ou encore l'amélioration des conditions de travail.

La direction dit investir

La direction du Groupe hospitalier du Havre a tenu à réagir au mouvement de grève via un communiqué. Elle assure d'un plan psychiatrique et santé mentale à l'œuvre depuis janvier 2016, qui a permis en 2017 une évolution des effectifs à la hausse de plus douze équivalents temps plein. Trois nouvelles arrivées de praticiens sont prévues prochainement.

Sur les cinq ans à venir, le groupe hospitalier devrait investir 15 millions d'euros pour réhabiliter les pavillons Boréal, Alizé et Caravelle de l'hôpital Pierre Janet. Un contrat local d'amélioration des conditions de travail a été élaboré en concertation avec les organisations syndicales, assure la direction. Enfin, pour la prise en charge des détenus, une réflexion pilotée par l'Agence régionale de santé serait en cours et de nouvelles modalités d'organisation doivent être mises en œuvre prochainement.


1234
Votez pour votre groupe préféré Papillons de Nuit
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques